vendredi 22 septembre 2017

RE-LOOKING CHEZ L'EVE D'AUTUN........

A voir jusqu'au 15 octobre à Autun 

J’ai toujours eu une tendresse particulière pour cette belle oeuvre romane de Gislebertus : l’Eve d’Autun. Chacun sait qu’elle figurait sur le linteau du portail latéral de la cathédrale..... mais après avoir été déposée (vendue par le chapitre avec d’autres pierres) puis être ré-apparue, elle n’a pas été remise à sa place, faute de retrouver tous les éléments qui composaient le linteau. 
Placée dans  la salle capitulaire où elle veilla pendant quelques décennies  avec des chapitaux, elle a été récemment l’objet d’une remise “en forme” par les ateliers du Louvre. Vous la trouverez donc désormais dans le musée Rolin, à deux pas de son église d’origine.......
Eve re-lookée par le nettoyage opéré au Musée du Louvre 
Je ne peux m'empêcher de
ressentir un malaise qui me donne l'impression
 d'être devant une copie........

Est ce pour cela que, depuis, une étrange  “créature des eaux dormantes”   observe le portail où  elle figurait.....* 



Quant à notre Eve, toute nettoyée et rafraichie qu’elle est :  je ne l’ai pas tout à fait reconnue. Les ans et la patine avaient déposé au coin de son oeil une larme émouvante qui hélas,  maintenant, a tout à fait disparu. Certes, elle est plus sereine,  mais un peu moins “humaine”. 
Cette petite larme si émouvante, au coin de l'oeil, a totalement disparu.........
Ce musée, aménagé avec goût, dans l’ancien logis du Chancelier Rolin,
présente trois collections : des oeuvres antiques de première qualité* - des oeuvres du XIVe au XVIe ainsi que  des oeuvres contemporaines.
Une très belle verdure du XVIe siècle  a attiré particulièrement mon attention. Elle provient d’un atelier de basse lice d’Aubusson. Elle est réalisée en laine.

L’atelier de basse lice (tissage à l’horizontal) permettait de réaliser de plus grandes tentures que celui de Haute lice (tissage à la verticale).
Ce style de tenture, dite “aux feuilles de choux” ou “aux aristoloches”, était en vogue à cette époque pour orner les murs des froides demeures seigneuriales.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

La composition est toujours sensiblement la même sur ces oeuvres  : au premier plan, figurent des plantes fleuries et détaillées (héritage de la tenture “à mille fleurs” du XVe s), dans lesquelles on trouve des animaux, oiseaux, chiens de chasse (mâtins), voir des animaux fantastiques ;  puis, au second plan, sont disposées de grandes feuilles (ressemblant à des feuilles de choux). Celles-ci  permettent subtilement  la transition avec le troisième plan, où figure un  paysage dans lequel se trouvent d’opulentes demeures.  La tapisserie est entourée d’une riche bordure avec des fruits, des feuillages, des oiseaux et des petits lapins, voir des insectes. 

Cette tapisserie, c’est l’évolution naturelle entre les tentures à “mille fleurs”* du XVe s et celles, beaucoup plus réalistes où figurent des faits historiques (batailles, scènes  antiques ou d’époque - mariages - scènes de genre) du XVIIe et XVIIIe s.

*la créature : oeuvre de Bernard Morot-Gaudry) - bois de châtaignier. 

*Augustodunum étant devenue la capitale des Eduens, après Bibracte, et avant que Lyon ne devienne celle de la gaule Gallo romaine, on peut y admirer non seulement des édifices romains,
       mais aussi, dans le musée,   de très belles mosaïques, ainsi que des objets divers 
Dans les autres pièces, des fragments du tombeau de St Lazare (qui occupait jadis tout le choeur de la cathédrale du même nom),  des collections du Moyen Age et de la Renaissance et enfin une partie destinée à des oeuvres contemporaines. Que je n’ai pas eu le temps de visiter.
*Parmi les tentures à mille fleurs que l’on peut admirer en France, la plus célèbre est celle “de la Dame à la Licorne”, que l’on peut admirer au musée de Cluny, à Paris, et qui comporte 6 pièces de grandes dimensions.

samedi 2 septembre 2017

A ARNAY LE DUC (21), LES FAIENCES FRANÇAISES AUX DECORS DE FLEURS ET D'ANIMAUX........


Belle exposition proposée par le Musée des Arts de la Table d’ Arnay le Duc (Cote d’or), aux portes du Morvan.
Cette fois ci, les faïenceries de Digoin - St Clément - Nevers - Gien - Saint Uzé - Lunéville, mais surtout celles  de Sarreguemines et de Longchamp  sont à l’honneur . 

Le thème est des plus gracieux et il est certain que les décors de flore et d’animaux, qui fleurissaient sur la faïence et la porcelaine, ne pouvait donner que de très jolies tables.
Photos MSG.

 Autres temps, autres moeurs : aujourd’hui, c’est la nourriture mise dans l’assiette qui fait le décor !
Assiette servie à La Musarde- chef Ogé - Hauteville lès Dijon/
J'ai personnellement un joli service de Longchamp à décor Moustiers, auquel je tiens comme à la prunelle de mes yeux..... mais qui hélas, par sa fragilité, ne peut supporter un nettoyage dans le lave vaisselle. cela tombe bien, car je n'en ai pas !
En tout cas, j’ai fait un retour en enfance en reconnaissant  une grande quantité des décors, que j’admirais dans les rayons et sur les banques présentoirs en chêne blond,  lorsque j’arrivais à me glisser sans me faire remarquer dans le magnifique magasin “de détail” de ma grand mère........ 
Car elle vendait des merveilles, cette grand mère : des porcelaines de Sèvres et d’ailleurs, des cristaux de Baccarat, de Daum, de Lalique...., des faiences de Gien et de Nevers mais aussi des grès et autres pièces toutes plus fascinantes les unes que les autres !
Le magasin de détail des Etablissements Guinet-Pacaud à Digoin: le magasin de ma grand mère, du plus pur style des années  30,  fut construit par un oncle de la Famille - l'architecte FOURNIER- il abrite  aujourd'hui un agent immobilier.........


Voici donc quelques images juste pour “vous faire plaisir”, et vous donner l’envie de ne pas “balancer” le service 54 pièces de votre arrière grand mère qui est entreposé dans votre grenier, mais plutôt de le remettre à l’honneur !  
Marie Pacaud épouse Guinet - fondatrice avec
son époux de l'entreprise digoinaise. Elle connaissait bien Gaetan Moisand, de la faïencerie de Longchamp, mort en 1945.

Tous ces décors et ornements, créés par des artistes, étaient exécutés par des ouvrières "spécialisées". Ils  faisaient appel à différentes techniques telles que le pochoir, la décalcomanie ou tout simplement le coup de pinceau posé directement a même  le biscuit, ce qui demandait une grande sureté de main. ... d’autant qu’il fallait faire vite puisqu’elles  étaient payées  “à la pièce” !
Certaines de ces techniques de décor étaient combinées comme c'est le cas sur la tasse ci dessous. . 
Chaque pièce une fois réalisée en biscuit* dans un moule, puis décorée avec soin, était ensuite plongée dans un bain de “couverte”  pour la rendre étanche, avant de passer, après un sérieux séchage, dans le four tunnel pour la cuisson.
Decor  réalisé en décalcomanie avec rehauts de couleurs au pinceau.

Decor en décalcomanie
Decor exclusivement réalisé au pinceau par les ouvrières. Cliquer sur les images pour les agrandir.
Si vous observez bien, vous remarquerez l'épaisseur d'émail qui, correctement posé par le pinceau, donne le modelé de chaque élément.
Quant aux moules, ils étaient soigneusement conservés et réutilises pour d’autres services, soit identiques, soit décorés par d’autres motifs, mais sur les même formes.

Le musée des arts de la table édite aussi des brochures fort bien documentées et largement illustrées sur ses expositions, la production des  faïenceries françaises, les artisanats divers de France et de la région.
Faience de St Clement a decor d'oiseaux.
*Biscuit : c’est l’objet en terre crue. Celle ci est obtenue après l’avoir largement broyée afin qu’il ne subsiste aucun élément étranger pouvant créér un défaut, puis diluée dans l’eau (la consistance ressemble alors à une pâte à crêpe épaisse!) Elle est alors coulée dans les moules, puis une fois qu’elle a atteint une rigidité suffisante, sortie de ces moules et mise a sécher, avant de passer au décor puis à l’émaillage et enfin à la cuisson.

mercredi 30 août 2017

PYRALE DU BUIS, L'AFFAIRE DE TOUS.

Enfin, il pleut....... après la canicule,  on respire...... la terre est assoiffée, les grands animaux également qui ont déserté le plateau. Peu de risque d’en croiser sur la route, sinon dans le fond des vallons.
Je n’ai pas de jardin, mais, devant ma fenêtre, dans un “bac” de pierre construit par la mairie, il y a a quelques arbustes, et je m’amuse à les soigner..... le cantonnier ne s’en plaint pas, qui est fort occupé avec trois villages à gérer !

Cela fait aussi mon affaire,  car j’adore ça ! et je soigne les arbustes qui y ont été plantés..... et puis, j'y ai semé quelques capucines.......
 Voyez plutôt.......
                Leurs couleurs éclatantes me réjouissent. Elles sont  tellement gracieuses !
et je me fais de temps en temps quelques petits bouquets qui ornent le séjour !
Quelle ne fut pas ma surprise, alors que je les arrosais,  de decouvrir soudain le papillon ci dessous que je trouvais particulièrement gracieux.........
J'ai compris ensuite, en me promenant dans la rue, qu'il s'agissait d'une affreuse invasion : celle de  la pyrale du buis ..... Cet insecte fait pas moins de trois pontes par an, du printemps à l'automne. c'est vous dire les carnages que ses chenilles peuvent accomplir en un été seulement ! Les jolis papillons blancs qui virevoltent gracieusement  sont de véritables pièges qui pondent ici et là...... et les éclairages nocturnes dans les jardins et les rues, favorisent leurs accouplements, qui font se rejoindre, mâles et femelles. 
Si l'on ne peut pas supprimer les réverbères, 
un conseil :  pendant l'invasion, 
n'éclairez pas votre jardin.
.....surtout si vous avez des buis,  et posez des pièges à phéromones qui supprimeront ces bestioles...... seul Hic, le traitement, est un peu cher !
Voici le papillon..... fort gracieux certes, mais tellement néfaste.
N'hésites pas à inspecter vos buis et à en oter minutieusement toutes
les larves. Petites chenilles vertes de 2,5 cm !
Alors pourquoi ne pas ressortir le bon vieux filet à papillons. Il en va de la survie de vos buis et des bordures de nos beaux jardins historiques.......
Je leur fait la chasse, à mon petit niveau,  mais il faudrait que tout le monde s’y mette pour les exterminer, eux, et surtout leurs larves, hélas peu visibles car ces chenilles, bien vertes,  ne dépassent pas 2,5 cm !. 
Photos MsG - Buis "nettoyés" par la chenille de la Pyrale du buis.
La mairie, à qui j'ai envoyé un message d'alarme,  réagira-t-elle en glissant un avis dans les boites aux lettres ?
Les habitants, pour certains, réagiront (Certains le font déjà) mais c'est un coup d'épée dans l'eau si tout le monde ne s'y met pas. C’est une affaire qui doit concerner tout le monde.
Ci dessous, une photo effrayante d'un ramassage de chenilles :
Photo provenant d'internet,  sur un site de traitement de ce nuisible.
Une suggestion : pourquoi ne pas proposer aux jeunes qui n'iront pas a l'école le mercredi et aux adultes qui seraient partants, de faire une opération "chenilles et papillons de la pyrale du buis" durant septembre/octobre...... dans les parcs et jardins, en les dotant d'un filet à papillons et de gants et en leur accordant une petite récompense pour 10 papillons pris ou 20 chenilles ramassées, genre 1 euro, on en supprimerait déjà pas mal ! il y a encore une ponte en octobre !..... 
on faisait des choses comme ça autrefois, lorsque j'étais à l'école primaire......

Autre suggestion : dans votre jardin,   nettoyer au maximum vos buis infestés de chenilles, afin d'éviter qu'elles ne se transforment en chrysalides et donnent naissance a de nouveaux papillons qui iront  poursuivre l'infestation  alentour.... ou sinon, vous pouvez mettre un filet a mailles très fines sur les buis "sains" (mais cela dépend de leur taille) pour éviter l'infestation par la ponte des papillons. Le traitement par les phéromones est efficace mais aussi assez astreignant.

jeudi 10 août 2017

ET VOUS, VOUS PARLEZ VOUS ?



Le fait de “s’entendre dire.”....... est sain "dixit" les psy !

Personnellement, et, bien que je ne les fréquente pas, je le fais souvent et je n’ai pas du tout le sentiment d’être “gaga” ! 
Pourquoi je le fais souvent ? 
mais par ce que :
Je me tiens compagnie
je dialogue avec moi même
j’ironise,
je me renvoie dans mes buts !
je m’encourage,
je me rassure, 
je me tance,
je me concerte
et je m’amuse !

vive le monologue ! c’est plutôt sain !

samedi 5 août 2017

LE DIVAN ET LA CULTURE........JEANNE MOREAU


Chers lecteurs, sur la scène, les grands artistes nous tirent leur révérence........ et parmi eux, Claude Rich et Jeanne Moreau sont les plus récents.

J’ai eu du plaisir à revoir l’émission  “LE DIVAN” ‘d’Henri Chapier (1993)  qui avait pour invitée Jeanne Moreau alors âgée de 67ans ! Quelle belle femme ! ...et comme elle a prouvé que talent et audace étaient "au programme", alors, dans les milieux artistiques ! Que d'innovations  ! 

Cette grande actrice qui a été si décriée par certains, a joué des rôles qui, si on les analyse aujourd'hui,  n’ont plus grand chose de sulfureux - surtout  lorsqu'on considère les moeurs actuelles ! Pour exemple, il n'est que de regarder le feuilleton "Plus belle la vie" diffusé à une heure de très grande écoute...... et regardé par beaucoup de jeunes : à longueur d'épisodes, on n'y hésite pas à montrer des couples qui se font et se défont  (entre partenaires "interchangeables), des amours à trois, et j'en passe......c'est bien simple, à coté, le scénario de  "Jules et Jim" de Truffaut,  semble  une histoire écrite pour la patronage !
Le divan de Chapier n’a pas pris une seule ride, et les programmateurs ont eu raison de le rediffuser. Avec des moyens simples, H. CH. avait eu le mérite de brosser un portrait élégant et sincère de la comédienne.

C’est derniers temps, on nous a programmé des spectacles datant des 50 dernières années : les variétés des Carpentier, des films, de la haute couture - alors si créative !..... etc
  Dans ces années là, c'était le temps des 30 glorieuses. Il y avait de l'argent et un tout autre état d'esprit. On ne copiait pas :  on inventait, et quel tourbillon c'était !
 Je doute un peu que ces émissions  attirent beaucoup la jeunesse actuelle plus portée sur des personnalités de son temps, et sur les nouvelles technologies. Cependant, pour une grande tranche de la population - celle des aînés - quel plaisir de revivre ces moments savoureux...... où régnaient liberté et  créativité  !
.....et puis je me dis que je me trompe peut-être,  que les jeunes ne sont pas "fous" qui savent apprécier les belles choses, même, et peut être "surtout" s’ils les découvrent de façon fortuite.

Alors, les programmateurs, n’hésitez pas à nous rediffuser  des concerts, pièces de théatre, variétés déjà dans vos archives. Il y a de fort beaux moments à offrir à un public large. Diffuser la culture quel vaste programme !
A une époque où la "tendance" est à "zapper" sans cesse, le nez scotché sur les portables, et où on subit une "overdose" de policiers, c’est bien de se reposer sur des valeurs culturelles qui ont fait leurs preuves.

PS : J’apprends que l’émission de Marck Olivier Faugiel “le divan”, va disparaître. C’est une erreur car c’est justement un moyen de découvrir ces personnalités sous un angle plus intime et certainement plus sincère aussi.

lundi 24 juillet 2017

TIPIS ET CHIENS DE CHASSE A LA FÊTE DE LA NATURE ET DES CHIENS, A VITTEAUX

Cliquez sur les photos pour les agrandir. Ces photos ne sont pas libres de droit.
Non, vous ne rêvez pas, ce sont bien mes photos que vous voyez là...... je les ai faites hier sur le champs de course de Vitteaux-Marcilly (21), lors de la "fête des chiens et de la nature".
Ce sont presque de "vrais indiens",   tant tous les détails de leurs mises sont soignés.
De plus, ils étaient joyeux et très accueillants dans leurs vêtements de peaux ornés de perles et de plumes.
Ils ont tout réalisé eux mêmes et ils semblent beaucoup s'amuser à ces pratiques : confection de vêtements, de parures, d'armes, de tipis...... monte des chevaux, spectacle. Un vrai régal !
J'ai eu beaucoup de plaisir à rencontrer cette association de Villiers sur Suize
- dans la région de Chaumont en Haute Marne -
et si vous souhaitez en savoir un peu plus sur leur association, j'ai trouvé l'adresse sur le net. 


 Je regrette pour eux, que placés comme ils l'étaient, ils n'aient pas reçu autant de visites qu'ils le meritaient. C'est bien dommage.

Pendant ce temps, tout à coté, les chiens de chasse et les équipages étaient à la fête : 
sur mes photos, vous assistez à la confirmation des jeunes chiots de race "griffon fauve de Bretagne"........ un spectacle à voir si vous ne l'avez jamais fait....... gentils tous ces toutous, chaque portée sagement rangée aux pieds de leurs maitres...... Ils attendent patiemment leur tour pour être examinés et "confirmés" {pedigree à la clef)
cela ne vous empêchera pas d'aimer tout autant les "corniauds", n'est ce pas !
surtout lorsqu'ils sont bons et à la chasse et à la truffe ! encore que là, il vaut mieux des chiens de bergers.....
Dans un autre champ, sous les abris, les chiens d'équipage, vautrés les uns contre les autres, attendaient calmement  qu'on vienne les chercher pour montrer leur savoir faire, et les sonneurs n'étaient pas loin !
La encore, les races étaient nombreuses. Ce qui m'a amusée, dans l'un de ces abris, c'est le décor....... Voir ci dessous.  Qu'en pensez vous ? plus vrai que nature !
.....Les toutous, eux, ne sont pas dupes !

jeudi 20 juillet 2017

LORSQUE "MA" BOURGOGNE EVOQUE SUR SES HAUTEURS UN PETIT AIR DE TYROL : RENCONTRE AVEC DES HAFLINGERS .....


"Le Haflinger est de robe alezane  aux crins lavés , cette particularité permet d'identifier la race sans ambiguïté. Toutes les nuances de l'alezan sont admises, la palette allant de la couleur d'or clair à l’alzan brûlé - couleur proche de celle du café torréfié. La crinière et la queue sont d'une couleur blanche à jaune pâle, particularité que l'on appelle les «crins lavés” .
c’est tout ce que je vous dirai de ce cheval car il y a un site fort bien documenté sur cet animal et qui detaille  tous les points de vue : origine -  historique - sélection - capacités et j’en passe.)

tout savoir sur le haflinger..... sur :

Ceux qui me connaissent savent mon "attirance" pour les chevaux, aussi ai-je passé un très joli moment  à côtoyer ces 7 montures  si paisibles et si gracieuses  aussi......

C’est par ce que leurs charmantes amazones m’ont autorisée à les photographier que vous les voyez là DE DOS, mais permettez moi, plus loin, en cachant leurs visages, de respecter leur intimité.
Evidement, pendant que les montures se désaltéraient, près de la mare du village, je me suis mêlée au groupe, histoire de humer le parfum des chevaux...... et j'ai été surprise de constater que les haflinger sentent beaucoup moins fort que les autres espèces........ 
Chacun s'est désalteré (car il faisait très chaud) et a bu dans le "pochon", à tour de rôle, l'eau prise à la fontaine du village......

Puis, leur périple n'étant pas terminé, ils sont repartis avec leurs cavalières vers le village voisin......
le calme de ces chevaux est étonnant........ on ne peut que les aimer !


N'est-ce pas qu'elles ont fière allure ces amazones...... si jeunes et déjà si posées  ! 


vendredi 14 juillet 2017

VISITE AU WALCHENSEE EN BAVIERE

Je vous ai abandonnés quelques jours car je suis partie en  Bavière, profiter de ma famille et de la nature qui, là bas,  rime avec culture.......

Aussi en ce 14 juillet ce sont des images qui vous permettront de respirer l'air pur des cimes, que je vous offre ! ........
cliquer sur les photos pour les agrandir.
Nous sommes au bord du Walchensee...... beau lac aux eaux pures et changeantes........ au sud est de Munich
Tandis que les jeunes, partis le matin, arpentent les flancs de la montagne, nous prenons  la télécabine (A) :  Beau dénivelé ! Air grisant........  paysage à l'infini......

Dans la cabine, un jeune allemand me fait une petite place pour que je puisse admirer la vue..... 
il mesure facilement 2 mètres et je me sens toute petite...... je lui arrive à peine au dessus de la taille !
La chaine des Alpes Bavaroise est impressionnante, l'air  léger :  on se sent pousser des ailes ! 
On n'a plus tellement envie de redescendre ! On est si bien, loin du bruit et de l'air vicié des villes !
Les jeunes nous rejoignent, et comme ils ont très faim,
 nous redescendons pour déjeuner au bord du lac.......
La petite chapelle, sur l'autre rive (jugenhaus Klosterl) égrène doucement l'heure..... instant suspendu !
Magnifique Bavière où les "naturels" portent toujours le costume traditionnel : dimanche et jours de fête........... admirez le plumet de blaireau que ce monsieur a sur son chapeau et ses "fameux"protèges mollets. Je puis vous dire que ses bretelles étaient fort joliment brodées de couleurs vives mais resterai discrète et garderai pour moi son visage (Il a gentiment accepté que je le photographie de face aussi....mais je ne lui ai pas demandé la permission de mettre son portrait pourtant fort jovial)
J'ai déjeuné d'une somptueuse omelettes aux giroles dont le souvenir n'est pas prêt de me quitter.

Sur la façade de l'établissement : hotel Zum Schwaigerhof, une fresque rappèle que l'on pèche dans ces eaux pures des espèces locales, dont je n'ai pas retenu le nom......