dimanche 17 mai 2015

AU MUSEE DES ARTS DE LA TABLE D'ARNAY LE DUC (21), DES ASSIETTES PARLANTES..........

cliquer sur les vignettes pour les agrandir
Les innombrables assiettes exposées  racontent toutes sortes d'histoires qui s'adressent aux petits comme  aux grands. 
Mises à la mode au 19e siècle dans les fabriques de Faïence et de porcelaine françaises, elles sont presque toujours réalisées sur des assiettes à dessert.

J'ai quelques souvenirs d'enfance où l'on se dépêchait de manger le contenu  pour découvrir l'image cachée au fond de l'assiette !


Leurs décors sont fort variés, il y a de tout : de l'historique , de l'humoristique, des sports, des fables de La Fontaine, des contes, des saisons, de la mode, des rébus, de la musique, des proverbes et j'en passe....
Certaines plus curieuses relatent les expositions universelles, les innovations technologiques, la franc-maçonnerie,   les combats en Asie...... sans oublier les nombreuses "gaités de l'escadron".


Ces assiettes relatent la révolte des Boxers 
Comme chaque série comprenait des images distinctes, on ne savait pas sur quelle histoire on allait "tomber", en fin de dessert....
Nombreuses étaient les maisons où on les accrochaient sur le mur ou bien on les exposait dans un vaisselier ce qui donnait un petit air de bibliothèques de faïence.
Leur fabrication fut au 19e siècle  une révolution. Fini le décor au pinceau qui demandait à l'ouvrière beaucoup de temps.
L'ère industrielle est là : il faut produire en quantité et dans un temps le plus court possible :  on va donc appliquer sur l'assiette non cuite et avant glaçure* et cuisson, de simples décalcomanies, ce qui permet de poser le décor en un temps record. 
Sur cette assiette ont été utilisés décalcomanie et tampon avant glaçure.
La cuisson se fait à  600°. Le "marli", bord de l'assiette, était lui aussi décoré au tampon, toujours avant cuisson. Il fallait un certain coup de main pour travailler vite et avec précision. Je l'ai vu faire dans l'une de ces usines, celle de Digoin (71) qui fonctionnait avec  Sarreguemines et Vitry-le-François, chacune de ces fabriques ayant sa specificité. Aujourd'hui, seul l'usine de Digoin fonctionne encore. 
La plupart des faïenceries de l'Est adoptèrent cette "modernisation" qui permit une grande diffusion.

 glaçure* ou couverte : email transparent.

samedi 9 mai 2015

TROIS FEMMES TROIS CHEMINS D'ART DU 10 AU 28 JUIN À TALANT (21)

Comme l'affiche l'annonce ci-dessous, nous serons heureuses de vous accueillir, et, si vous le souhaitez, de vous accompagner lors de la visite de notre exposition.
Je vous ai déjà parlé de Maryvonne Johannot, voir l'article dans le libellé "artistes à découvrir", le 29 avril 2013.  Elle présentera une série d'oeuvres toutes plus imaginatives les unes que les autres. C'est peu dire que son esprit est bruissant de toutes sortes d'esprits qui ne demandent qu'à prendre forme a travers les différentes techniques qu'elle aborde, car elle ne se borne pas au seul travail du bois ! 
Vous découvrirez aussi Florie Johannot, une personnalité forte chez  une personne discrète qui n'est heureuse que lorsqu'elle se "fond" dans la nature. aussi a-t-elle rapporté de ses balades des morceaux de bois dont les formes l'inspiraient et en a-t-elle fait surgir des compositions sensibles de toutes parts..... c'est inexplicable et c'est beau  : il faut voir et l'interroger !
Et puis comme nous nous portons depuis quelques années, une saine amitié, cela m'a semblé naturel de les accompagner  dans cette voie de l'art par quelques calligraphies chinoises qui parlent pour beaucoup de la nature au travers des citations de poètes chinois. 
Nous serons présentes plus particulièrement sur les week end, mais si vous le souhaitez, vous pouvez prendre rendez vous sur d'autres jours. Voir (contact)
La galerie "Le grenier" se  situe dans le vieux village de Talant, à la sortie nord de Dijon
(direction Troyes). 
Il suffit de franchir le pas pour découvrir d'autres univers que ceux qui nous animent au quotidien !

mercredi 6 mai 2015

PETIT MANDARIN OU TE FOURVOIES TU ?

Hier, j'étais occupée à suivre les ébats des quelques beaux canards du jardin de l'arquebuse, de Dijon, 
Cliquez sur les images pour  les agrandir
lorsque mon regard fut attiré par une merveille......  qu'on ne présente plus !......
 Le petit canard mandarin somptueusement paré pour la parade amoureuse ! Il se livrait à une danse étrange........
Figurez vous qu'il courtisait, non pas une cane de son espèce, car sans doute, il n'en avait pas à disposition, mais une grande cane colvert............. pas du tout assortie !
L'amour rend aveugle parfois !
Je les ai suivis longtemps, elle hautaine, lui inlassable, dans son sillage, ne déviant pas d'une palme...... au mépris des colvert du coin qui auraient peut être aimé en faire autant ?
Je me suis demandée que pouvait donner un tel croisement et si leur amour pourrait durer longtemps, car chacun sait que le canard mandarin est en Chine le symbole de la fidélité !
....et que madame colvert n'est pas un exemple du genre !
Photos MSG - Cliquer dessus pour les agrandir.
Petit mandarin, dans quelques temps tu perdras ta somptueuse parure et deviendras tout gris, mais tu es bien touchant ma foi, à la poursuite d'amours improbables, et perdu à des milliers de li de tes eaux d'origine....... 
"L'amoooooooour est un oiseau rebelle, que nul ne peut apprivoiser ! Tu crois le tenir il t'évite, 
tu crois l'éviter, il te tient " 
Tout le monde te le dira !"
Couple de mandarins - photo provenant du net

vendredi 1 mai 2015

MUGUET DES BOIS DIS MOI QUI TU ES.........

Ce matin,  découvrant le temps maussade, à l'ouverture de mes volets, je me suis dit que c'était dans les pommes pour une balade dans les bois ou dans les jardins ! et que c'est dans les livres et sur la toile que j'irai trouver l'odorante petite fleur du muguet......
Passionnant !........
Je suis déjà tombée sur differents sites qui font remonter la jolie tradition d'offrir du muguet le premier mai à Charles IX (XVIe siècle), lequel aurait eu ce geste, ce jour là, vis a vis des dames de sa cour !
 Plus tard, en 1793, les révolutionnaires français auraient décidé de décaler la  fête royale au 26 avril pour l'associer au "jour républicain", puis nos amis américains s'en seraient emparés à leur tour, le 1 mai 1886 pour lancer un mouvement de protestation à Chicago, car c'est le jour ou les entreprises américaines font le bilan de leur comptabilité. etc, etc....... la politique n'apportant pas d'éléments bien réjouissants, j'ai alors cherché dans les flores........
Le site "Plantillustrations" en offre une grande quantité que l'on peut aller consulter, comme :


Illustration contributed by:
 ou:


Illustration contributed by:
 et j'en passe......
j'ai aussi regardé dans mes livres, bien sure !
le premier, assez modeste, mais qui a parcouru bien des friches et des sentiers avec nous (mes chiens et moi) 
Guide des fleurs Hatier (édition 1986) : classé par couleurs et par nombre de pétales, très pratique. Il me donne cette modeste plante comme :
Muguet des bois, liliacae - Convallaria Majalis.........

 et  aussi mon Herbier de Basilius Besler, qui baptise la petite plante comme :
Lillium Convillium........ je n'invente rien.
Poussant un peu plus loin mes recherches j'ai trouvé quelques jolis morceaux de musique à écouter .
D'abord un Monteverdi :

ego flos campi et lilim convallium - motet pour alto
 et aussi un très beau 
"Ego flos campi" de Jacobus Clemens.

Dans ces deux chants, la Vierge Marie est comparée "au lis dans la vallée" ( l'humble muguet) !
A vous de jouer et de poursuivre les recherches si vous ne voulez pas mettre le nez dehors !
Pour finir, si le muguet est mortel pour les chiens et les chats, mieux vaut ne pas en sucer les brins car il contient un poison pour le coeur !
En chinois, "un bouquet de muguet" prend le joli nom de  
一 束 铃兰 花
yi shu linglan hoa
(Xiexie Bo !)

vendredi 24 avril 2015

COTE DE NUITS - UN PARFUM D'EXOTISME

Clichés MSG - cliquer sur les  images pour les agrandir
 Pas plus tard que cette semaine la nature bourguignonne éclatait de couleurs et de lumières
 j'ai découvert près des vignes un calme jardin
 où l'esprit a envie de se reposer ..............
 "........ c'est par de mystérieux sentiers qu'on arrive à ce lieu solitaire,
où s'abrite la cellule du bonze, au milieu de la verdure et des fleurs..........
 Dès que la montagne s'illumine, les oiseaux, tout à la nature, se réveillent joyeux ;
 Les dix mille chants du monde ne troublent jamais cette calme retraite ;
La voix harmonieuse des pierres sonores est la seule qui s'élève ici.
Chang Jian - epoque Tang

lundi 20 avril 2015

HERMIONE : BON VENT !

..."vas petit mousse, le vent te pousse....." ! 
L'Hermione a mis le cap depuis l'ile d'Aix et de nuit, après un beau feu d'artifice..........
Je me devais d'arroser ça !
 Bon courage à tous, car il va falloir du muscle ! Et surtout, un self contrôle hors norme dans cette ambiance de promiscuité permanente et de bruits constants........ et dans des conditions de confort spartiates !
 Mais nous avons confiance en votre beau projet et nul doute que vous réussirez........
L'Hermione, pour la seconde fois, entre dans l'histoire.
Gouache et papiers collés. Oeuvre de Ma Di Na 91 -
Tous renseignements et vidéos sur le net ! Ce ne sont pas les infos qui manquent !
L'itinéraire  du bateau - Le Figaro.
Tout savoir sur le site :
 http://www.hermione.com/accueil/
mais aussi sur wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hermione_(1779)
Note : concernant l'hermione, on parle beaucoup de ce qui se voit et, je m'en faisais la remarque, pas de ce qui est en fond de cale : le leste. Cela m'a interrogée, car tous les navires des epoques passées transportaient du lest ! 
a de couvrir sur le site de l'association : 


mardi 14 avril 2015

MAROUFLAGE DE CALLIGRAPHIES CHINOISES...... DES PRIX EXORBITANTS PRATIQUES EN FRANCE

Chers amis, j'ai repris après un hiver de travail calligraphique, les marouflages de mes travaux......... en vue d'une exposition qui se passera au Grenier de Talant, à Dijon,  durant le mois de juin.
Je vous tiendrai au courant.


Exprimer le Vide median....
 A ce sujet, je me suis renseignée pour connaitre les prix des marouflages en  Chine, car je suis encore bien peu experte pour me lancer dans la maroufle sur rouleaux. Hélas,  cela revient à un prix exorbitant car,  passant par des tiers, on doit subir  les prix maxi.
On m'a proposé à 85 euros "le "marouflage d'une oeuvre, quand j'en ai une quantité à faire !
Bref, c'est totalement impraticable.
Le prix d'un marouflage en Chine peut être discuté (autour de 7 euros avec une qualité très respectable pour un format de 135 cm) et l'envoi d'un paquet de 10 kg de Chine en France coute au grand maximum 40 euros  à ce jour ! Ce qui fait déjà pas loin de 50 euros pour une oeuvre, mais moins par oeuvres pour plusieurs. Ajoutez un bénéfice, et je pense qu'on peut faire moins cher !
Mes sources viennent de personnes chinoises impliquées à ce jour dans la pratique et l'exposition d'oeuvres calligraphiques.
Je suis sure qu'on peut arriver à des prix plus raisonnables que ceux qui m'ont été proposés !
En attendant, je maroufle moi même et j'encadre.
C'est assez "galère !"
.......... le travail  s'accumule dans l'escalier qui prend une allure de galerie......
Parfois je me demande, mon Maitre mis à part,  si nos amis chinois souhaitent vraiment qu'on s'intéresse à leur culture 
et s'ils ne sont pas jaloux de nous voir  pratiquer l'art calligraphique !
Nous ne sommes plus à l'époque de Cixi, ou ce qui était l'Empire du Milieu restait le centre du monde ! Nous sommes au 21ème siècle, il faudrait tout de même que les échanges évoluent, et au profit des deux parties !
Et puis, nous ne sommes pas des pigeons non plus !

Pour me rasséréner, j'entre-coupe ces travaux de marouflages de balades au soleil, dans les champs où les bourgeons explosent et ou les oiseaux s'égosillent à qui mieux mieux.
Il faut une bonne dose de "lâcher prise", voir de philosophie, si vous préférez, pour persévérer dans cet art  et si je n'en tirais pas autant de bien être, je crois bien que j'arrêterais tout, tout de suite !

dimanche 12 avril 2015

POST POUR MATHILDE : LE JOUR DE PÂQUES

La recherche des oeufs de Pâques
J'ai pris un peu de retard, mais je tiens parole  !
On est en Bourgogne ! il n'y a pas que des oeufs !.......
 J'avais promis un post à Mathilde (9ans) qui nous a montré ses talents culinaires le jour de Pâques, après la recherche des oeufs. Voici donc quelques images qui le prouvent !
Mathilde s'applique à aligner les petits feuilletés à apéritif qu'elle vient de confectionner.
 Evidement, pour les parents, et, si vous avez suivi, comme nous étions allés visiter le Hospices de Beaune, j'ai sorti une jolie bouteille pour arroser le repas et le gigot de Pâques  !
Felicitations à cette petite fée qui suit avec brio les pas de sa maman ! 

jeudi 9 avril 2015

UN CONCERT SURPRENANT AU CREUSOT : TROMPES, ORGUE ET VIOLONCELLE

J.F.  Guinet, président des "Echos de La Goulène" me transmet ce message. 
Pour avoir déjà entendu ces interprètes, et vous les avoir présentés sur certains de mes posts, je me permets de vous le conseiller ! 

Tantôt  ce sera de le Trompe " pure ". Tantôt l'orgue ou le violoncelle luI répondront . Tantôt, nos deux invités, Gérard Parmentier à l'orgue et Mouna Lou violoncelliste  s'exprimeront librement.......

UN SAVANT COCKTAIL  ...  POUR UN FAMEUX MOMENT !!!!!!!

jeudi 2 avril 2015

HOSPICES DE BEAUNE - 21 - L'HOSTEL DIEU - VISITE


Je viens vous faire partager une visite récente à l'Hostel Dieu de Beaune. C'est  une visite à faire au printemps, avant que la foule n'envahisse ses murs.
Note : ce lieu est ouvert tous les jours durant la saison printemps-été.
Clichés MSG et ASB  cliquez dessus pour les agrandir.

Nous remontons à la belle époque du Grand Duc Philippe Le Bon, à la fin du Moyen Age. C'est l'âge d'or du Duché de Bourgogne.  Grand Argentier, le chancelier Rollin, secondé de son épouse, Guigonne de Salins, décident de créer ce magnifique hospice pour recueillir les malades et les "povres". 

L'extérieur semble assez austère,  afin de ne pas attirer "les brigands qui courent encore dans les campagnes."
L'entrée se veut modeste pour ne pas attirer les voleurs.

Voyons un peu les matériaux qui constituent l'édifice : 
La pierre de taille : c'est un matériau luxueux. Il vient de carrières situées  3,5km au nord-est de Beaune  

l’ardoise : elle provient  de l’extérieur, Loire ou Dauphiné. Dix mille ardoises ont ainsi été livrées sur le chantier en 1447 provenant de Chatenoy le Royal, à proximité de Chalons sur Saône, lieu de négoce et non d’extraction. 

 La cour intérieure est resplendissante de couleurs. Les matériaux qui la constituent ont été choisis avec soin. 





Dans la cour, la tour d'angle, près du puits.
Le plomb :
Il sert en majorité à fabriquer les ornements dont on garnit les toitures pour les protéger des entrées d’eau.


Toits en ardoise. Les éléments de plomb (à droite) seront passés à la feuille d'or.
Elements de plomb de la toiture, à l'état brut,  et  gargouille

 Le fer :

Il sert à renforcer la maçonnerie et à réaliser des grilles,  les structures extérieures du puits,  des serrures, et plus particulièrement à forger des outils.  Tout élément nécessaire à la construction a été forgé sur place. Des pièces déjà ouvragées ont été commandées, et l'on a évalué à 64000 le nombre de clous qui ont du être forgés. 


Ici, les barres de fer assemblent les éléments de pierre du puits.


Quelques éléments en fer forgé. Sur le heurtoir de la porte on peut voir un orvet qui s'apprête à attraper une mouche.
 Le bois de charpente du grand comble de l'hôtel Dieu provient des forêts ducales d’Argilly, d’Espenaux, de Changilly et de Bornes, qui se trouvent dans la plaine encore très boisée entre la côte viticole et la Saône.
 L'hôtel Dieu a conservé intactes ses charpentes médiévales. 300 fûts de chêne ont été taillés dans des arbres "mûrs" âgés de 120 à 170 ans ! Il mesuraient de 14 à 16 m  de long et de 30 à 37 centimètres de diamètre.  Ils ont été transportés sur des chariots et des voitures. Des textes l’attestent.

Le plafond en forme de carène de bateau de la salle des pauvres.

Dans le bâtiment d'intendance, les carreaux de pavage ont été confectionnés par Denisot Jeot à Aubigny-en-Plaine, à une trentaine de km de Beaune. Nicolas Rolin a pris pour modèle ceux de son hôtel particulier à Dijon. Façonnés avec deux argiles de couleurs différentes, on y lit les motifs de sa devise.


Carrelage bicolore et sa devise N G - Seule étoile
Les soeurs préparent le repas.

Enfin, sont exposés différents objets de l'époque rappelant le passé historique des hospices. Ici, trois photos prises dans les cuisines.

Reste à voir le chef d'oeuvre qu'abritent ces murs, le Magnifique retable du jugement dernier, oeuvre de Rogier Van Der Weyden et une série de tapisserie de Tournai contant le retour de l'enfant prodigue.
Détail du triptyque de Rogier Van Der Weyden : le jugement dernier.