mardi 9 février 2016

DICO MOCHE

Cela fait un moment que je n'ai pas alimenté les pages du "dico-moche".....
Voir numéros précédents dans les libellés.
A l'heure où il est à nouveau question du nivelage par le bas de l'orthographe, cette rubrique n'est pas anodine. Notre culture est toute entière dans nos mots , modelée au fil des siècles, et pour ma part, j'y tiens, même s'il m'arrive souvent de faire des fautes de frappe ou d'oublier un s ou, en allant trop vite, de "rater" un accord !
Pour en revenir à ce dico, les perles s'enfilent au fil des jours,...
J'en ai retenu quelques unes. Les voici :

L’oraliture  :   les Belges la pratiquent et ils sont des as !
L’entièreté : "cela prouve que l’on porte de l’intérêt à ce pays dans son entièreté".... sic. cela se passe en Bourgogne dans les grands crus de climats.
La professionnalité - Najat Vallaud-Belkacem.... ministre de l'éducation nationale rien que ça  ! émission du 5/11/15 sur le harcèlement sur la 2
la sucrosité de la fraise - Philippe Etchebest : la cuisine du chef en est améliorée !
“Passez beaucoup de bonheur !” c’est comme ça que ça se passe en Savoie
Il y a une "justausité" de la viande..... top chef : encore un coup d’Etchebest. en fait, s'agissait-il d'une question de jus ou d'une question de cuisson ? 
"Elles ont de l’ardence " (je n’invente rien !)  pour les olives ramassées mures en Corse.
La coriacité : elle sévit sur FR3 dans tout le sport ! c’est peut être contagieux ! méfiez vous !
citation finale : 
Dès qu’j’me relève, je suis déjà debout....... comme c’est surprenant !

A l'instar des chinois qui n'hésitent pas à écrire sur les murs de leur métro : notre langue est le reflet de notre culture, veillez la respecter, ( et Dieu sait si elle est difficile !) 
ayons le soucis de conserver la nôtre et de continuer à la faire vivre de par le monde.

AVIS : Si vous avez quelques perles de plus, je suis preneuse !
Je signale aussi que tous ces mots bizarres sont soulignés par le correcteur d'orthographe. Qu'il en soit longtemps ainsi !

lundi 1 février 2016

ERRANCE EN PAYS DE SEINE - PAR LE CLUB PHOTO DE PRENOIS - 7 au 19 Février 2016


Photos prises à l'aube, par MSG, au cours d'une sortie du club autour de Saint-Seine l'Abbaye (21) 
 Coucou ! me revoilà ! Je remercie chaleureusement Mr Coeurdevey, qui m'a permis de vous retrouver en débloquant le bug de mes blogs. Comme ils est aussi photographe, je me fais un plaisir de vous mettre le lien de son site, afin que vous puissiez découvrir les images de ses pérégrinations....... régalez vous bien !


C'est toute l'équipe du Club photo de Prenois qui expose à Saint Seine l'Abbaye durant février grâce au Partenariat de la Communauté de communes du  Pays de Seine avec l'Office de tourisme du Pays de Saint-Seine .
Nous avons erré, seuls et en groupe, ces mois derniers,  à la découverte des multiples visages de la belle campagne du Pays de Seine, sise en Bourgogne. C'est là que le fleuve du même nom prend sa source, enjambée par  son premier petit pont !

C'est aussi un pays de contrastes, entre plateaux ventés, plantés d'éoliennes et forêts giboyeuses et encaissées, au fond desquelles coulent les ruisseaux .
Un patrimoine d'églises, de lavoirs, de forges, etc.... vous y attend .

Prenez bien garde aux jours de visite de l'exposition, car le samedi et le lundi, c'est fermé !
Nous serons là pour vous accueillir et vous faire partager notre passion de l'image . Vous pourrez nous parler de vos exploits photographiques, regarder nos photos en format 50 x 70 cm (il y en a une cinquantaine) et consulter nos "books". A bientôt donc.
Voir le trombinoscope du clug sur le Bien Public :



samedi 16 janvier 2016

HELLEBORE D'ORIENT : LA FLEUR DE L'HIVER

 Il y a quelques jours, un ami est venu a la maison avec cette jolie fleur : délicate attention. !
depuis, je la soigne, la photographie  et l’admire.
photo MSG@16

 Rustica la met au genre masculin..... je l’ aurais crue  féminine, puisqu’on trouve l’espèce la plus ornementale chez le fleuriste, sous le nom de rose de Noël......mais comment connaitre son genre si l’on se réfère à Monsieur de La Fontaine qui se contente de parler de ses grains* (que conseille le lièvre à la  présomptueuse tortue ! )sans rien dire des fleurs ni de leur genre.
J’aime bien ces plantes. Je les trouves belles et très variées. Elles nous font le plaisir de fleurir en hiver  dans nos jardins et en sous bois......où elles ont d’ailleurs des formes et des couleurs très variées, parfois toutes vertes, blanches, teintées de rose, pourpres et j’en passe.
J’aime leur rusticité qui n’est pas dénuée d’une somptuosité vigoureuse.


Photo prise sur mon  "Herbier de france"-  éditions Equinox.

Mais..... elles n’apprécient pas nos intérieurs chauds et secs.....
J’ai du la mettre dans une bassine d’eau froide pendant une heure pour qu’elle retrouve son énergie, car, à la chaleur, elle s’était amollie et ses tiges, courbées.......

Helleborus Niger (dont le nom vient de ses racines noires), helleborus foetidus dont les feuilles ont une odeur désagréable lorsqu’on les froisse, helleborus lividus, helleborus orientalis aux nombreuses couleurs ... La famille est riche qui propose des taxons extrêmement divers, des plus modestes aux plus somptueux.
"Magnifique la mise en scène de la petite ellébore d'orient dans son verre de chardonnet,
on dirait qu'elle boit du corton charlemagne, la coquine! " GV (sic)
Photo MSG@16.
Celle ci, la Rose de Noel d’Orient “yellow lady”, du fait de la couleur de base de ses pétales légèrement jaunes, est ornée, à l'intérieur,  d’un très joli  graphisme.
Note : j’ai appris que l’helleborus Niger était long a venir dans un jardin et qu’il lui fallait 3 à 4 ans pour s’installer ! Soyez donc patients si vous êtes tentés !
Photo prise sur mon Herbier de Taschen.

         *note : le grain est une mesure de poids ancienne valant 1/24 de denier, soit 0,053g. L'expression purger avec l'ellébore était proverbiale par allusion aux Anciens Grecs qui soignaient la folie par ce moyen. N’oublions pas que les fables  de J de L F sont inspirées d’Esope !

mardi 5 janvier 2016

HOMMAGE A MICHEL DELPECH

Le chasseur
Il était cinq heures du matin
On avançait dans les marais couverts de brume
J'avais mon fusil dans les mains, 
un passereau prenait au loin de l'altitude
Les chiens pressés marchaient devant dans les roseaux 

Par dessus l'étang, soudain j'ai vu passer les oies sauvages. 
Elles s'en allaient, vers le midi, la Méditerranée 

Un vol de perdreaux par dessus les champs montait dans les nuages 
La forêt chantait, le soleil brillait  au bout des marécages
Photo MSG prise en Bourgogne

 Avec mon fusil dans les mains au fond de moi je me sentais  un peu coupable.  
Alors je suis parti tout seul J'ai emmené mon épagneul en promenade 
Je regardais Le bleu du ciel et j'étais bien 
Par dessus l'étang soudain j'ai vu passer les oies sauvages. Elles s'en allaient Vers le midi, la Méditerranée Et tous ces oiseaux qui étaient si bien,  là-haut dans les nuages.  
J'aurais bien aimé les accompagner au bout de leur voyage ...........
Michel a enchanté la France avec ses chansons si proches de nous. Dans celle ci, ce que j'aime, c'est qu'il met en valeur le fait que la chasse n'est pas une tuerie, mais surtout "un bain de nature" . Un vrai chasseur respecte le gibier et ne tire pas à tors et à travers.
Pour avoir "fréquenté ces gens là", je ne peux qu'abonder dans son sens.

samedi 2 janvier 2016

JOYEUSE ANNÉE 2016 !

Calligraphie de Ma di na, dans le style de Shi Bo appelé "Bambou gracieux"
Je vous souhaite une Joyeuse Année.
Ne cherchez pas le bonheur au bout du monde 
quand il est si simple de le trouver au fond de votre coeur !......

mercredi 30 décembre 2015

TRUFFE BLANCHE D'ALBA - TUBER MAGNATUM PICO ET LES AUTRES......

Suite au beau reportage, du JT de 13 h de ce jour, de R. Robert et D. Laborde, je me suis dit que ce serait bien d'apporter sur mon blog un complément d'information sur la truffe blanche du Piémont , mais aussi sur le coût des truffes.
http://lci.tf1.fr/jt-13h/videos/2015/la-truffe-d-alba-fait-la-reputation-de-la-region-du-piemont-en-italie-8701080.html

Photos prises pendant l'émission par MSG.
Caractéristique de la truffe d'Alba, sa fome biscornue et son peridium glabre. 
La truffe d’Alba, comme la truffe du Périgord, peut, occasionnellement être très grosse. Elle est de couleur beige sale, légèrement veinée à l’intérieur. Son péridium (extérieur) est lisse, à l’inverse des autres truffes . 
Truffe Blanche, truffe du Piemeont, truffe d’Alba, nom latin TUBER MAGNATUM PICO... elle pousse principalement en Italie du nord où  elle est aussi appelée Tuber marzolo ou Tuber bianchetti. 
La truffe d’Alba, en forêt,  se cherche de nuit, d’octobre à mars. Les italiens utilisent des chiens et une espèce de piolet pour les dégager du sol. Aujourd’hui, elle est également plantée en truffiières,  comme en France.
Le caveur au travail avec son chien : un lagotto romagnol. (Mauro Casetta)
 Le plus souvent petite, mais certains specimen sont de belle moyenne, on fait  de la pâte à truffe avec les petits tuber récoltés. Les truffes vendues au marché sont les plus belles. Rien ne se perd, car cette espèce est très cotée.
Pourquoi cette recherche de nuit en forêt ? Par ce que ces tuber, dit-on, “ dégageraient davantage d’odeur de nuit” ..... mais la vrai raison est toute autre : c’est afin de préserver  le secret des lieux de ramassages.
La truffe blanche se conserve moins longtemps que les autres espèces, ses parfums sont fugaces : sans doute cela provient il du fait que son peridium glabre  la protège moins de la déshydratation que les autres truffes qui, elles, sont couvertes  de “verrues”. 
Tuber magnatum doit se consommer rapidement pour conserver tous ses arômes. 
Cette espèce  dégage de nombreux arômes et doit être utilisées  rapidement.
Personnellement, je trouve le parfum de ce champignon assez puissant, alliacé  et, une fois ingéré,  je lui découvre  une grande longueur en bouche.
Pourquoi la truffe d’Alba est elle si chère ?
Parce qu’elle est rare. mais n'oubliez pas  qu’elle est puissante.
Vous n’en mettrez  pas l00 grdans un plat ! Il serait immangeable ! . À moins que vous ne prépariez un banquet..... 100gr = environ 400 € en ce moment
 RELATIVISEZ  DONC LA NOTION DU PRIX,
 chers lecteurs ! Les journalistes AVANCENT DES MOTS, DES PRIX,  mais ne mettent jamais en avant toutes ces précisions qui sont  simples mais essentielles, et qui font que le plat truffé n’est pas un plat hors de prix puisque : 
PLUS LA TRUFFE EST PUISSANTE, MOINS IL EN FAUT SUR L’ASSIETTE !
Le prix de la truffe blanche, par rapport à celui des autres espèces,  est proportionnel à sa puissance en arôme et à son goût. 
Donc, vous l'avez compris,  c’est le tuber le plus fort.  Viennent ensuite par ordre de puissance, la melanosporum, puis la brumale et la mésentérique, ensuite la truffe de Bourgogne et pour finir la truffe de Chine (deux espèces t. hymalayensis et t. indicum - hélas piochées...) . Toutes ces espèces  sont vendues sur l’hexagone. 
Les autres espèces poussant en France, elles,  ne sont pas utilisées en gastronomie.

Donc : se rappeler que plus une truffe est chère, 
plus elle est puissante et moins il en faut pour un plat. 

Au final, le choix du champignon est une question de goût, voir de snobisme  ! Si l’on s’y prend correctement, on a de bons résultats avec chaque espèce, à conditions de bien choisir ses truffes et d’utiliser des recettes appropriées à l'espèce en respectant scrupuleusement la quantité  à utiliser. 
On s’en tire alors au même prix.


La truffe blanche d’Alba s’accompagne de beurre, de crème, de fromage,  qui permettent  de capter son parfum (réservez  l'huile neutre - huile aux pépins de raisins-  pour faire de l'huile truffée et consommez la rapidement une fois que la macération est faite)
Elle se marie heureusement avec les pâtes, les pommes de terre, les épinards, eh oui ! le ris de veau, la viande d’agneau, les fromages (particulièrement le parmesan). Encore faut il l’utiliser avec discernement du fait de son arôme puissant. 
Vous la trouverez chez les trufficulteurs italiens du Piemont  (région d’Alba, de Savigno, de Bologne, au restaurant réputé “l’Amérigo” dont on dit que les plats servis sont les plus riches en truffe d’italie) ou, en France,  chez les commerçants vendant de la truffe fraîche.

Préférez toujours la truffe fraîche à la truffe conservée. Mais vous aurez de bons resultats avec un foie gras truffé que vous choisirez de préférence en verrine. 
Mefiez vous  des sous produits qui sont souvent aromatisé de façon chimique. Pour cela, lisez bien les étiquettes, le nom de la truffe utilisée doit être indiqué en clair par son nom latin (voir ci dessous).

le nom des truffes commercialisées en France, que vous devez trouver sur le marché, sur les produitsconservés, et sur la carte d'un restaurant :
Truffe de Bourgogne : tuber uncinatum - t. aestivum - truffe d’automne (de fin septembre à décembre).
Truffe d’Eté - tuber aestivum - première poussée fin aout début septembre (peu d'arôme)
Truffe d’hiver : tuber melanosporum - truffe du Périgord - truffe du Tricastin - truffe de Provence - de fin décembre à février.
Truffe blanche d’Italie - truffe d’Alba - tuber Magantum Pico - truffe se dit tartuffo en italie - d’octobre à mars.
Truffe mésentérique - tuber mesentericum - très presente dans l’Est en automne, de mi septembre à decembre.
Truffe de Chine : tuber indicum et tuber himalahiensis

Au restaurant et en boutique, la mention "truffé" est le fief des conservateurs. Elle  ne s’applique que sur un produit contenant de la truffe du Périgord ou de la truffe blanche. J'étais présente dans l'amphi le jour ou la norme a été remise en question. 
Je trouve cela anormal. 
Donc, si le produit contient de la truffe de Bourgogne, vous verrez le plus souvent ce nom sur l'étiquette ou encore la mention "tuber aestivum". Moi je l'appèle toujours "tuber uncinatum" (nom qui lui a été donné par Chatin, à cause des petits crochets de ses spores), car j'estime que son délicieux parfum, à l'automne, n'a rien à voir avec ce que les gens du sud proposent en été. 
Enfin, un produit contenant seulement un arôme synthétique doit être mentionné "arôme truffe".

jeudi 24 décembre 2015

TRUFFES DE CHINE AU SOIR DE NOEL.......

Chers lecteurs, je vous souhaite  un joyeux Noel !

Pour ma part, je méditerai ce poème de Wang Wei qui appèle au chan et à la paix de la nature :
(Traduction de Shi Bo)
"Ne sachant pas où se situe le Temple Xiangji
Je marche quelques li et me perds dans les monts enneigés
La forêt trop dense, sans aucun sentier à suivre
D'où me parvient alors ce son des cloches 
Qui résonne dans cette montagne profonde ?
Une source chuchote parmi des rochers abrupts
Des rayons froids du soleil filtrent entre les pins verts
La nuit tombe sur l'étang calme
Je prie de maîtriser le dragon venimeux".

....et puis je dégusterai quelques truffes de Chine trouvées au rayon frais des fruits et légumes dans un bon état de fraicheur, et dont le parfum agréable et le bel aspect vont honorer un petit Saint Moret, taillées finement en julienne et mises en contact 24 heures......
A manger crues, évidemment !
Faute de grives on mange des merles..... mais c'est bien bon aussi !
Dans le domaine des "tuber" il n'y a pas de vils produits, il n'y a que de sottes gens qui, sans y avoir goûté condamnent ces tuber sans savoir ce dont ils parlent......


photos MSG

dimanche 20 décembre 2015

RECETTES A LA TRUFFE ..... QUELQUES CONNAISSANCES SONT NECESSAIRES....


Tout d’Abord, une règle d’or : chaque  espèce de truffe a son parfum et ses accords. Choisissez des recettes adaptées au type de champignon que vous utilisez sinon vous allez au devant de gros déboires.
Le chef Pras a beaucoup de monde en cuisine : il peut se permettre
de mettre des tranches coupées sur ses assiettes au moment de les servir. Mais il sait aussi  cuisiner la truffe autrement !
Ici, la poularde de Bresse.
Il n’y a rien qui m’agace plus que ces reportages sur la truffe où, inlassablement ont vous rabat les oreilles avec son cours élevé et où on vous ramène l'omelette truffée avec seulement des lamelles déposées hâtivement à la mandoline  sur le plat, devant les cameras ! A croire que ce champignon ne diffuse ses bienfaits que dans cette préparation sommaire qui si elle est faite comme cela donne de tristes résultats !
Jamais il n’est question de mise en contact, jamais !  
C’est une grave erreur.

Et pourtant, pour ce qui concerne la truffe et les oeufs, puisqu’ils parlent essentiellement d’omelette dans ces reportages, cette mise en contact est  essentielle, l’omelette doit être très baveuse  sinon le parfum des truffes se volatilise complètement ! Grande déception du convive  qui dit bien haut : “ Ah, ça sent la truffe” et qui pense tout bas..... je ne dois pas être en palais, je ne sens pas son gout ni son parfum.
Ces reportages vite faits cherchent  l’audimat, mais ceux qui les font  ne connaissent rien dans la préparation culinaire de  ce champignon.......  et ils ne sont pas les seuls !.
D’abord, pour ce qui est de la truffe d’automne, mis à part le croquant et l’esthétique, je trouve que les rondelles disposées sur le met au dernier moment ne sont que décoration et rien de plus. Elles ne peuvent apporter que le croquant, et un peu de beauté...... dommage, car la truffe de Bourgogne est d’un grand raffinement.
Pour ce qui est de la truffe d’hiver, qui est plus puissante, cela a surement mieux sa raison d’être, mais c’est tout de même du gâchis. 
Une chose capitale, dans la cuisine de la truffe, et dont les journalistes ne parlent que trop rarement, c’est la mise en contact préalable, du champignon avec le produit cuisiné. Et pourtant, c’est de cette façon que l‘on tire le maximum de raffinement.
Pour ce qui concerne la cuisine rapide, (omelette entre autre) il ne faut pas faire n’importe quoi.
La truffe c’est avant tout un parfum qu’il convient de capter. 
Pour cela, la mise en contact avec certains produits, comme le beurre, le fromage, la crème, l’huile neutre sont idéales pour le fixer. Cela demande un certain savoir faire, et si vous n’êtes pas spécialiste, le plus simple est de réaliser une préparation facile, mais qui donnera des résultats, comme le beurre de truffe ou le fromage truffé . Consultez un livre de recettes adaptées à votre tuber pour les quantités.
Sur cette autre préparation, le parfum de la truffe est préservé par la fine gelée qui recouvre la rondelle.

Le plat une fois réalisé, pour l’une ou l’autre de ces préparations, vous aurez soin de l’ enfermer   hermétiquement  dans un film transparent et de le mettre  au  frais pendant un jour pour le fromage frais, deux ou trois jours pour le beurre, le Saint Nectaire, le Citeaux, le Brillat Savarin ou toute autre fromage dont vous devez prendre soin de choisir une pâte onctueuse mais pas trop puissante en gout.
Quant à l’utilisation avec les oeufs, la mise en contact des oeufs et du champignon, dans un bocal hermétique donne de très bon résultats. Cela a l’avantage d’obtenir des oeufs parfumés, qu’on cuira en brouillade, certainement pas en omelette, et de conserver les truffes pour les utiliser autrement, par exemple dans le beurre , la crème, le fromage ou encore dans une mousse de foie de volaille qui cuit à peine.......
D’autres préparations moins rapides et plus complexes sont également possibles, mais pour les plus rapides, ces solutions sont les meilleures. Par exemple, des pâtes fraiches à la crème truffée, ou la purée à la crème truffée, quel régal !
Très simple à faire, le beurre de truffe apporte vraiment un plus sur votre table. Ici il est preparé avec la truffe d'automne tuber uncinatum aestivum.
On devrait apprendre aux cuisinier à travailler la truffe. La plupart ne savent pas l’utiliser. J’ai des souvenirs désastreux de cuisiniers sur des stands de foire qui servaient des mets  qu’ils disaient truffés, lesquels ne sentaient absolument rien....... ce n’est pas leur faute, on ne leur apprend pas, mais alors, qu’ils fassent confiance à ceux qui ont de l'expérience dans ce domaine ! Ils sont hélas souvent beaucoup trop fiers pour le faire.......
Evidement, lorsqu’on a la pointure d’un grand chef, comme Eric Pras, au restaurant Lameloise, ou Jean Luc Barnabet et quelque autres qui se sont spécialisés, on ne peut créer que des merveilles. Je ne mets pas, Dieu m’en garde, tous les cuisiniers dans le même bateau !
Personnellement, je n’aime pas l’omelette à la truffe, mes amis trufficulteurs le savent :  le met ainsi préparé à une couleur peu appétissante..... mais comme elle est entrée dans les habitude, elle a encore de beaux jours devant elle !
Dernier conseil, un plat truffé terminé ne doit pas attendre pour être servi ! donc, a moins d’avoir une brigade dans vos cuisines, qui peut dresser à vitesse grand  V, dès que votre plat est pret, servez le rapidement : le parfum est volatile !   
 Pour terminer, ne portez jamais la truffe à haute température.  60° c'est un maximum.
Photos personnelles. MSG.

lundi 14 décembre 2015

JE CULTIVE DES CHAMPIGNONS DANS MON ERMITAGE....

Chers visiteurs, vous connaissez mon goût pour les champignons,
(particulièrement pour les truffes.....), mais je ne suis pas sectaire ! J'ai beaucoup parcouru les bois à la recherches d'espèces diverses, délicieuses, et peu ramassées..... et ma curiosité reste en éveil lorsqu'on prononce le mot "CHAMPIGNON" !
Il se trouve qu' en faisant mes courses, je suis tombée sur une offre bien sympathique ! Voyez plutôt !
Photos MSG : ma première récolte.
 Je n'ai jamais fait pousser  de petites herbes sur mon balcon, car je n'ai qu'un balcon orienté au nord, mais ne croyez pas que cela ne m'a pas tentée quelques fois.... Par contre, comme vous tous, j'ai  fait germer  des haricots, des lentilles etc..... C'est passionnant à regarder vivre!
Il se trouve qu'au rayon des légumes,  je suis tombée sur ce produit ! 
Très amusée, je n'ai pas hésité une seconde à l'acheter : l'occasion était trop ludique !
Le pot est muni d'une cloche aérée en plastique transparent.
Et voilà comment j'ai fait ce matin ma première récolte !

Dans mes épluchures, une touffe de mycélium.....
 Mais mon petit pot me prépare encore de belles cueillettes : voyez plutôt ! Il y a tout plein de petits champignons qui émergent , prêts à pousser !......
Mon pot est muni d'un cloche transparente, et il suffit de le mettre à l'abri du grand jour et de pulvériser de l'eau claire tout les matins pour "entendre" pousser les petits agarics ! J'adore ! (je leur met de l'eau de  Volvic)
Les petits champignons prêts à pousser.....
J'espère que d'ici Noel, je pourrais encore en ramasser quelques uns : cela devrait amuser  mes petits monstres........

vendredi 11 décembre 2015

APRÈS LE DEVOIR, LE PLAISIR : L'ENSEMBLE TAMARIS


Je connais bien ce duo pour l'avoir déjà écouté  en concerts
ET L'AVOIR RENCONTRÉ EN PRIVÉ.
Excellents !
De plus, le programme du concert semble assez éclectique,
et charmera tous les publics.

donc, après avoir voté

si vous voulez vous changer les idées,
Dijonnais, Cote dorien et Autunois,
Rendez vous à Sombernon (21540) , c'est pas loin !

jeudi 3 décembre 2015

CONFRERIE DE LA TRUFFE DE BOURGOGNE : LE DEJEUNER DES CONFRERES 2015


C'est en temps que Grande Imagière Honoraire, que je me dois de vous présenter ce chapitre qui défend gastronomiquement et avec talent notre chère Truffe de Bourgogne que j'appelle toujours, pour ma part, la truffe d'automne : Tuber uncinatum.
Les photographies de ce post sont dues à Françoise Mangel et Marie Therèse Accard que je remercie chaleureusement.

Au cours du repas, la Confrérie a procédé à plusieurs intronisations.
Ambassadrice de la coquille saint Jacques, Claude Nadeau à animé la soirée par ses chants 




mardi 1 décembre 2015

SECTEUR SAUVEGARDÉ DE DIJON : RUE CHAUDRONNERIE.......

Ce matin, je suis descendue rue chaudronnerie, à Dijon,  pour acheter des fromages truffés, dans la maison aux trois visage. Toujours bien accueillie et bien servie...... voir article paru le 24 septembre  sur "la boutique de la  truffe" qui se situe à deux pas, dans la maison aux trois pignons.
En sortant, je me suis prise à musarder. Cette rue Chaudronnerie et ses voisines sont si intéressantes.....
Nous parlerons aujourd'hui de la Maison des Cariatides.
photos MSG _ Cliquer dessus pour les agrandir.

Je qualifierai volontiers cette façade de “savante”, tant elle est ornée et tant elle tranche avec son environnement. Elle n'est pas unique à Dijon, il y en a plusieurs autres tout aussi précieusement  décorées. 

Construite par de riches chaudronniers : les Pouffier, elle date du XVIe s.

12 cariatides  fort intéressantes (hommes et femmes)  ornent la façade...... Une lucarne flanquée, elle aussi de cariatides, se détache sur  le toit.  Les 12 corbeaux qui soutiennent ce toit sont tous ornés de visages divers.




 L'étage "noble" est couronné d'un fronton brisé 
dans lequel s'inscrit un chaudron débordant de fruits et de fleurs,  flanqué de chaque coté  de cornes d’abondance. 
Ce qui me frappe, c’est que l’appareillage du mur est très inégal.  On a le sentiment, bien que ce soit de la pierre de taille, d’un remplissage assez grossier, fait de pierres de récupération. Sans doute un enduit de façade sur cette partie, apporterait il plus de raffinement car, tel qu’il est,  il contraste furieusement avec l’harmonie qui se dégage de ses  ornements.
Enfin, sur les arcades du rez de chaussée, deux visages à la serviette (sans doute ceux des propriétaires) ornent les clefs. Un troisième visage, plus enfantin, (peut être l'héritier de la maison) domine le jour éclairant le couloir d’entrée, au dessus de la porte.
Je vous parlerai un autre jour de la rue Verrerie toute proche..... ce secteur sauvegardé, je l'aime beaucoup. Je l'ai parcouru pendant de nombreuses années, faisant  en sorte de le faire découvrir aux uns et aux autres et surtout à  mes élèves. C'est toujours pour moi un plaisir d'y retourner. 

dimanche 29 novembre 2015

JOHNNY CHEZ MICHEL : LE GRAND SHOW

Mon petit coup de chapeau à notre Rocker National :  Johnny !
j'ai regardé avec beaucoup de plaisir le spectacle d'hier soir.
à revoir durant la semaine sur  
Photo Msg prises pendant l'émission. 
 Du haut de ses 72 ans, le rocker des années 60 qui préféra, à 9 ans , la guitare au violon et à la danse classique,  est solide comme un rocher ! ... et quelle présence !

A combien d’artistes français a-t-il ouvert la voie ?
Et combien d'artistes peuvent se venter de sortir, comme lui,  un 50ème CD !
Qu’elle formidable émulation a-t-il provoquée  dans la jeunesse..... Epoque des “yéyé” qui faisaient de la bonne musique festive ......voir romantique, sur laquelle soufflait un vent de liberté.
Johnny à 16 ans : nous avons presque le même âge.....
Ce qui m’a le plus séduite, lors de cette manifestation, c’est son aisance et sa classe  comme co présentateur, chaque fois q’ll s’est exprimé ! 
Lui qui a été si éreinté par les humoristes, qui s'ingénient a le faire passer pour un bougon peu communicatif (voir pire) ,  a donné à ces amuseurs  un superbe démenti !
"Les gens m'appèlent l'idole des jeunes...."
Johnny en duo avec Louane.
Entouré d’excellents artistes , Johnny a conservé sa voix, avec de belles graves vibrantes..... 
Son amour de la scène est son “viagra”, et quelle réussite ! 
Entre autres, j’ai beaucoup apprécié  l'interprétation par Patrick Bruel  de la chanson, de Barbara : “dis quand reviendras tu”, et la présence de ses “potes” (Dutronc, Eddy Mitchell) ce qui prouve que le chanteur est fidèle !
Tout savoir sur l’artiste : 

(mille excuses pour les polices de  caractères qui sont prises de folie ! Je n'y peux rien.....)

lundi 23 novembre 2015

LAC KIR : LES DERNIERS FEUX DE L'ETE

Photos MSG - cliquer dessus pour les agrandir
 Dernière balade au bord du lac Kir avant l'hiver.........
Tandis que le soleil descend doucement derrière la falaise.......

 ...les canards, très calmes,  glissent près des berges,  attendant que les derniers visiteurs disparaissent !

 Les ors du soleil créent de forts contrastes.
 Et l'hiver "toque" à l'horizon......
Calme, délice et volupté !