jeudi 19 janvier 2017

ARRIVÉE DU VENDÉE GLOBE CE 19 janvier 2017 à 15:49 .......

C'est un "p'tit gars" né dans la baie de Morlaix....... Armel Le Cléac'h. 
 C'est l'arrivée d'une grande course en solitaire. Encore un bel exploit de voileux à saluer avec enthousiasme ! Bravo Armel ! 
Armel à son arrivée.
 C’est ton ami François (Gabart) qui doit être content ! 
Tous  deux ont pas mal de points communs, à commencer par leurs premiers pas sur un optimiste dans leur plus jeunes âges, l’un en Charentes, l’autre en Bretagne, puis, plus tard, des études d'ingénieurs à l’INSA de Rennes et de nombreuses courses, et  surtout la rage de gagner ! 
Tous deux sont de grands marins..... et, entre autres,  ils ont remporté le Vendée Globe en pulvérisant le record. 

 Pour Armel la course se fera  en   74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes, sur Banque Populaire VIII  soit 44 200 km (24 000 milles).

Baptisé par ses amis , du fait de sa pugnacité, “voile de chacal”, le skipper  enchaine les succès et obtient un magnifique palmarès que l’on peut trouver sur tous les sites le concernant.

Et si vous vous intéressez à la lutte permanente  qu'est une vie de skipper en pleine force de l'âge, faites comme moi  : il y a des tas de bouquins à lire, tous plus intéressants les uns que les autres.

Voici celui que j'ai en ce moment à mon chevet..... Vous rendez vous compte des beaux moments  que je passe...... 
J'apprends aussi des tas de choses : la voile aujourd'hui, c'est bigrement technique ! Pour faire la différence, dans les grands challenges, l'expérience ne suffit plus, il faut aussi un super niveau et une bonne santé morale et physique  ! 
Plus fort que vous ne l'imaginez, ce récit, tout en gardant l'échelle de l'homme, et la réalité du sponsoring,  vous fera entendre le ressac, les hurlements du vent,  les craquements et les "splachs" de  la coque et le choc des voiles...... Bref, un beau voyage.

UNE NOUNOU D'ENFER....... FRAN DRESCHER SUR W9 !

Oui, au risque de vous paraitre un peu "Has been", j'ai retrouvé par hasard, en zappant après le  13 h, cette joyeuse série Américaine, sur W9 ! Ce qui est drôle, c'est qu'elle m'était revenue en mémoire il y a deux ou trois jours, je ne sais à quelle occasion.... Drôle de coïncidence tout de même !
L'intrigue : Frane Fine, une jolie jeune femme d'origine juive est au service de Maxwell  Sheiffield, producteur de Broadway, qui a trois enfants à élever. Aux prises avec la pimbêche de secrétaire, C. C. Babcock ,  qui a des vues sur son patron, Frane a pour allié le maitre d'hôtel, Nils qui ne manque pas de jouer des tours pendables à cette adversaire. Se joignent à l'histoire la mère et la grand mère de Frane, hautes en couleurs, les enfants et divers personnages annexes..... 
Bref, il y a beaucoup de rythme et on ne s'ennuie pas !
Force est de constater que cette série - qui passait à l'époque de Bill Clinton  tout de même - n'a pas pris une ride et que l'on rit d'un bout à l'autre en regardant les aventures de cette drôle de nounou, futée et ravissante.
Mille excuses pour la qualité des photos prises "a la volée" devant la toile.
L'heure est mal choisie pour ceux qui travaillent puisque c'est à partir de 12h30 et jusqu'à 16h40. Par contre, les épisodes sont rassemblés, ce qui est un plus.......
Un moment de gaité délicieusement "décalé", qui vaut bien "nos chers parents",  "chers voisins" et "scènes de ménage"
L'espiègle héroine, Frane.

vendredi 6 janvier 2017

CUISINEZ LES POUCE PIEDS : UN FRUIT DE MER DÉLICIEUX.


Bon, les lendemains de fêtes sont calmes...... mais il faut dire que j'ai fait part oralement de ma découverte à plusieurs d'entre vous........voici donc ma réponse pour l'avant dernier post :  ce sont les coquilles de ce petit crustacé, rare, mais savoureux !
Là, plus qu'ailleurs, ne vous fiez pas aux apparences qui peuvent être pour certains rebutantes..... je l'admet !
Séparation des pouce-pieds avant cuisson. Photos MSG.
N’hésitez  pas à faire cette découverte gastronomique  tout simplement savoureuse.

Pour ma part, quand j’ ai vu ces touffes de petits crustacés, à l’étal du poissonnier, je n’ai pas hésité une seconde .
Je sais que les espagnols en raffolent et qu’on ne les trouve que sur les rochers abrupts fouettés par les vagues, à Belle Ile en Mer (Port Coton) ou en Galice, par exemple....
Pour ne pas mourir idiote, j’ai donc décidé d’y goûter. J’en ai acheté 500gr. (à 30 euros le kilo quand même !)
Je me suis demandée pourquoi on les appelait “pouce-pied”...... certains avancent qu’ils ressemblent à un pouce, avec son ongle.......Pour moi, ils me font penser aux doigts des pattes du dragon...... 
Vous allez dire que je suis  encore  obnubilée par la Chine...... mais bon !....
Remarquez la texture des tubes : on dirait un solide tissu....... cliquez pour agrandir ma photo.

Je les ai cuisinés comme suit :

Préparation des crustacés   pour 3 ou 4 personnes. 
1l d’eau
500 grs de pouce-pieds à cuire entiers, 
3 cuillères à soupe rases de gros sel de mer
25 cl de vin blanc sec

J’ai lavé les pouce-pieds, puis je les ai détachés les uns des autres, (comme sur ma photo) y compris les petits.
J’ai fait bouillir l’eau avec le gros sel et le vin blanc sec.
Quand j’ai eu le gros bouillon, je les ai jetés dedans  et j'ai baissé le feu pour que l’eau bouillotte doucement. J’ai cuit 10 minutes à feu moyen puis j’ai égoutté.
Note : c’est la chair à l'intérieur du  pied (pédoncule)  que l’on mange, tiède avec (ou sans) une toast grillé tartiné  de beurre salé.
Se sert à l'apéritif, sur un plateau de fruits de mer  ou en hors d’oeuvres 
Pour décortiquer les pouce-pieds, c’est facile :  il suffit de tourner la partie "bec" (capitulum) , comme on dévisse un bouchon, en tenant fermement le tuyau noir (pédoncule) à ras des coquilles. Celles-ci se séparent du pied facilement. Il suffit alors de sortir la chair qui est dans le tube. Aucun problème.
Un pouce-pied décortiqué par mes soins. 
Goût : La chair est délicate. Elle m’a fait penser à du homard en plus raffiné. Bref, c’est un vrai régal, et je suis prête à recommencer si l’occasion se représente......

ATTENTION : ne pas confondre les pouce-pieds avec les  anatifs  que vous pouvez trouver sur la plage, accrochés à des objets flottants . Ces derniers ne forment pas un bouquet. Ils n’ont qu’un pied et leur saveur est parait il décevante : aussi vous ne les trouverez pas chez le poissonnier.

Pour conclure,  depuis,
JE ME SUIS “PLONGÉE” dans  "20000 lieues sous les mers", le célèbre roman de Jules Verne, que je n’avais jamais lu ! Archi  dépaysant !..... mais je me vois obligée de le lire avec, sous le coude, l'internet, tant il est tentant de regarder à quoi ressemblent tous ces poissons, ces crustacés et ces plantes cités au travers des pages.....Bref, me voici aussi piégée que les voyageurs du Nautilus !

mercredi 4 janvier 2017

PATRIMOINE ET FICTION....AUTOUR DU CANAL DE BOURGOGNE. - UNE RÉUSSITE.


Fin novembre, je pestais à propos d’une fiction diffusée sur la toile, qui se targuait de culture pour “améliorer” son propos et, hélas, passait à coté de la réalité.  Aujourd’hui, je viens rendre justice à FR 3 qui nous a offert hier soir un bon polar tourné lui aussi en Bourgogne....... : "Meurtres en Bourgogne", avec Christina Réali et Franck Semonin.  
Cette carte des canaux dans ma  région, quoiqu'un peu approximative, situe les lieux de tournage.
J'ai trouvé cette intrigue bien ficelée. Elle se déroule autour du canal de Bourgogne. Les prises de vue des extérieurs sont cohérentes et bien filmés et incitent à la découverte de la région. 
Derrière les acteurs, les tours familières aux Dijonnais.....

Dijon d’abord, filmée tel un décor,  depuis les grandes baies de l'hôtel de police...... Notre Dame, St Michel, la tour Philippe le Bon et la coupole du couvent des bénédictines..... peut-on rêver plus beau décor ?
Forges de Buffon (au nord de Montbard) - et canal de bourgogne, son éclusier et son tunnel
Forges : la réserve d'eau - photos MSG -

  Les forges de Buffon ensuite...... et le canal de Bourgogne, en extérieur, et dans sa partie souterraine..... Il m’a même semblé reconnaitre le magnifique château de Commarin où se déroule la scène de la Confrérie des Gourmets et un restaurant de la Cote des vins  non loin de Dijon (les Gourmets à Marsannay), excellente table  bien connue de la Confrérie de la Truffe de Bourgogne et des Cote d’Oriens...... !

A revoir en replay pendant 8 jours :

Je profite de ce post pour vous informer de la prochaine St Vincent tournante qui aura lieu à Mercurey les 28 et 29 janvier prochain.

Et pour mon jeu, (post précédent), que suggérez vous?

mardi 3 janvier 2017

DEVINETTE GASTRONOMIQUE.........

J'ai "composé cette assiette pour vous. Décoratif, n'est ce pas !
Mais chers visiteurs, devinez ...... 
 de quoi s'agit il ?
d'ongles de bestioles ou de dragons ?
de dents ?
de perles ?
d' éléments décoratifs en céramique ?
de coquillages comestibles ?
de crustacés ?

A vous de jouer !
La réponse bientôt........ mais cherchez un peu !

samedi 31 décembre 2016

MEILLEURS VOEUX 2017

Photo MSG - faite pendant une émission. Il s'agit du lit d'un fleuve à son estuaire, pris du ciel,
quelque part du coté du Mozambique.......
Chers Amis,
...... même si le temps est au brouillard et au verglas, sans neige,
...... même si votre voisin est  insupportable,
                           et même si vous ne pouvez pas tout régler !
les problèmes familiaux encore moins que les autres, pour des raisons multiples.....
                           et même si l'actualité s'abreuve de négatif, de drames, et d'horreurs en tous genres.....
et même si vous n'avez pas eu le cadeaux auquel vous rêviez.... ni trouvé l'amour que vous espériez....
           et même si la solitude est votre lot,
                           ou si la trop grande promiscuité vous pompe l'air........ vous rendant chèvre !
........et j'en passe, car la liste serait trop longue !

Oubliez tout cela, l'espace des quelques heures prochaines !
Sachez aussi parfois être plus personnels,  voir un peu égoistes, 
pour sauver votre âme ... ou votre peau !
Pour respirer.

Je vous souhaite sincèrement une bonne et heureuse année 
2017

vendredi 16 décembre 2016

TRUFFES DE BOURGOGNE - TUBER AESTIVUM-UNCINATUM - PROFITEZ DU TEMPS CLEMENT ELLES SONT AU MEILLEUR DE LEUR MATURITÉ.......

Cher amis, étant donné la douceur de ce mois de décembre, il est encore temps, avant que les gelées arrivent,  qui sonneront la fin de la récolte, de faire votre réserve de truffe de Bourgogne. Voici comment j'ai procédé pour les conserver. 
J'ai commandé à mes amis trufficulteurs d'Is sur Tille, membres de la Confrerie de la Truffe de Bourgogne, les truffes fraiches dont j'avais besoin.
Comme je suis leur ancienne "Grande Imagière", malgré les demandes qui affluent, ils m'en ont gentiment cavé. Mille merci !
Photos MSG non libres de droits.
  Voici ce que j'ai fait pour les utiliser à Noel et au Jour de l'an comme des truffes fraiches.
Je les ai d'abord tranchées, afin qu'elles soient prêtes à l'utilisation.
 Puis je les ai enveloppées en les reformant, dans une feuille d'aluminium.
Il suffit alors de les mettre au congélateur, dans un récipient hermétique, et, au moment où j'en aurai  besoin, je sortirai  la quantité necessaire. Attention, une fois dégelées, il faut les mettre immédiatement en contact avec le produit qu'elles accompagnent. Pour ma part, je ferai des choses simples, car ce sont les meilleures : soit du beurre truffé, soit du saint Moret truffé ou encore une sauce ou une purée à la truffe.
Facile ! 

Alors, pourquoi s'en priver !

jeudi 8 décembre 2016

PIC DE POLLUTION SUR LA FRANCE......

Alors que les infos parlent de pollution, depuis Prenois/Darois, en Cote d'Or, on voyait assez bien le Mont Blanc, ce soir, au coucher du soleil  !
Photo MSG

C'est vrai qu'hier, à Dijon, on respirait mal et j'ai cru étouffer et ressenti un mouvement de répulsion, en entrant dans le magasin des jouets, tant la pollution était étalée dans les rayons.....  Le pic est atteint là aussi ! Jusqu'au plafond, de l'emballage, du plastique partout, des couleurs agressives.... pouah ! j'ai presque eu la nausée !
 A que ce monde s'éloigne du Zen qu'apporte un beau paysage !
Je ne me sens plus à ma juste place dans toute cette orgie consommatrice......

mercredi 30 novembre 2016

OU IL EST QUESTION D'UNE FAMILLE MONGOLE, DE CHAMEAUX DE BACTRIANE, DE VIE ET DE DESERT.....A REVOIR EN REPLAY SUR LA 2


Depuis notre petite LUCARNE,  bien conditionnés, dans un monde  automatisé et commercialisé à outrance, où la nature nourricière peine à garder sa place et son rôle fondamental, qui est de nourrir la chaîne des vivants, voir une telle émission est pour moi un véritable bouffée d’oxygène. 
photos MSG prises pendant l'émission.
Le heros de l’histoire, c’est lui. Le  père, dont les pensées sont fières et droites. J’ai apprécié le passage où l’on demande ce qu’il dirait de résumer ce qu’il pense de sa femme et où il répond, “je ne dirais pas de bien car j’aurais peur qu’on me la prenne” ! Belle preuve d'amour !
C’est l’humain, a sa juste place, présenté dans la réalité de son rapport à  la planète. 
Cette courageuse famille mongole, dans une nature de plus en plus hostile, leur humanité, leur lucidité aussi, leur endurance, leur générosité, tout cela remet bien les pendules à l’heure. ... et encore, on nous a épargné la quête quotidienne des moyens de chauffage, le nourrissage des bêtes, les petites choses du quotidien qui prennent une telle importance en ces lieux, pour survivre...  bref, le dur labeur, pour juste nous montrer la quête de l’eau. Ne soyons pas naifs. Gommée, la part de pénibilité que présente une telle existence ! 
J’ai aimé l’émission,  comme vous, découvert, admiré, frémi de crainte et d'admiration, séché une larme au moment de la séparation des protagonistes.....
La clé de leur maintient dans leur vie de nomades : ce sont les grands chameaux de Bactriane.......... ça, on l’a bien compris, dont l’existence est menacée à plus ou moins long terme..... davantage encore, celle des chèvres fournisseuses comme les chameaux de leurs précieuses laines.....
Photo prise sur le site

A ce sujet, j’ai remarqué, que l’on nous montrait plutôt  le plus belles bêtes, et, parmi les chameaux, ceux qui possèdent une robe crème, la plus recherchée ! Sont ils toujours aussi bien toilettés ?  J’en doute...... Voyez plutôt :


Chameaux : le Larousse nous dit : il y a entre 2 et 10 millions d'années, 
Les chameaux restaient confinés en Amérique du Nord, quand, il y a seulement de 2 à 3 millions d'années, une partie d'entre eux essaima dans l'Ancien Monde en passant par le détroit de Béring, alors asséché. 
Pour se nourrir dans le désert, où les saisons sont peu marquées et les rares pluies imprévisibles, le chameau doit profiter au mieux de toutes les espèces qu'il rencontre, afin de constituer des réserves en prévision des longues périodes de disette (réserves qu'il amasse dans ses bosses sous forme de graisse). Mais, alors que le mouton ou la chèvre ont tendance à épuiser la végétation, le chameau semble soucieux de préserver son environnement. Il se déplace sans cesse et ne broute qu'une bouchée par plante, ce qui semble en activer la repousse. Seuls les acacias souffrent du passage successif de trop nombreux chameaux.
La suite, passionnante à lire, sur  les sites. 


Note : une seule petit chose m’exaspère quand même dans les émissions de Frederic Lopez, c’est l’utilisation systématique de mélopées américaines......  Pas le moindre petit morceau de musique mongole dans ce reportage, et même pour ce qui est de son émission de 14 h, la musique est aussi anglophone. Nos compositeurs n’ont ils pas leur mot à dire ?

L'émission sera mise en vente dans le courant du mois de décembre. 

mercredi 23 novembre 2016

TOUCHE PAS À MON PATRIMOINE OU Quand la fiction CULTIVE L’INCULTURE

Franchement, je n’ai pas compris
Je regardais hier sur la 3 la fiction : “la femmes aux cheveux rouges” sensée se passer en Bourgogne dans le Brionnais..... la la ! Mon Dieu !
L’histoire, assez bien jouée, empruntait ses extérieurs à ma région, certes, mais, là ou ça s’est  gâté, c’est lorsque la fiction a voulu  se mêler de culture religieuse et d'art roman ! UN DESASTRE !
Foi de Bourguignonne : quel sac de noeuds !  une chatte n’y aurait pas retrouvé ses chatons !

Un :  l’abbaye de Fontenay, en Cote d’Or, haut lieu de la chrétienté, bastion des cisterciens en Bourgogne, devenait St Gilles dans le film. Pourquoi pas, sauf que,  l'abbaye sus citée  est au nord ouest du coté de l'Auxois (en Cote d'Or)  tandis que  Saint Gilles (qui n’a pas d’église ancienne) est situé près de  Châlons-sur-Saône (en Sâone-et-Loire) et même pas dans la Charolais Brionnais ,
  comme on voulait nous le faire croire ! 

Deux : les vues prises au pied des magnifiques remparts de  Semur en Auxois (au nord ouest de la Bourgogne) étaient débaptisés, pour devenir également : St Gilles.  
Ils doivent être contents à Semur en Auxois ! 
A Fontaine lès Dijon - la maison de St bernard.
Tout le long du film, pour lui donner un peu de "consistance" culturelle,  on n’a cessé de nous rabattre les oreilles avec la dissidence de St Bernard, vis à vis de Cluny,  et  la création de l’ordre Cistercien. D'accord, mais là où ça se gâte, c'est que,  hélas,   St Bernard , son fondateur, n’a pas fait d’émules  dans le Brionnais ! Il a construits au nord ouest de la Bourgogne, dans le midi et ailleurs,  mais pas du coté de St Gilles dont  les terres étaient sous la coupe  de Cluny, et encore moins du coté de  Paray le Monial, (et sa superbe basilique romane) ni de   Montceau l'étoile,  Semur en Brionnais ou Anzy le duc......
Cloitre de Fontenay

Trois : pour ceux qui aimeraient savoir où se situe le Brionnais : c'est en Saône et Loire  au sud  de Paray le Monial !  je l’ai parcouru dans tous les sens et je ne l’ai pas retrouvé un seul instant dans ce film !..... des églises romanes il y en a partout, dans ce coin voué à l’élevage charolais,  mais  toutes sont d’ordre Clunisien.


 Pourquoi ne pas avoir modifié les dialogues pour que l'histoire "colle" aux sites où se faisaient les prises de vues. Il n'y avait pas de grands changements à faire..... et on risquait de retenir quelques noms de grands sites...... pour ceux qui n'ont pas visité cette région.

Pourquoi mystifier les spectateurs ! La  Bourgogne est une région si belle et si riche à visiter ! Pourquoi ce maquillage bâtard ? 
Il y a une limite à l’inculture ! Je suis certaine que beaucoup de bourguignons ont du être bien déçus.
et  je me dis qu’on se fiche vraiment des gens. 

Moi, je mets zéro pour l'incohérence totale du décor.

lundi 14 novembre 2016

LES AVENTURES DE ROBERT FORTUNE - HISTOIRE DE THE

Pour tous ceux qui comme moi, sont curieux de culture chinoise, il vous reste peu de temps pour regarder cette très belle émission........ sur Arte.
Vous apprendrez comment le thé a été importé en Inde, et pourquoi, 
mais surtout, 
vous partirez à la rencontre de lieux prestigieux : les Han Shan, les Wuyi Shan,  et suivrez les péripéties qui constituent l'aventure de Robert Fortune, le "voleur de thé"........
Le titre exact : 
Les aventures de Robert Fortune - Ou comment le thé fut volé aux Chinois. 
Passionnant, car outre les paysages merveilleux de la Chine, on y découvre aussi des documents filmés anciens.
Cette photo je l'ai prise pendant la projection. 
Il s'agit de l'oeil du héros observant le mot Cha  tracé devant lui par un moine bouddhiste. 

Ce sinograme qui signifie thé se compose 
du signe de l'herbe (cao 3), de celui de l'homme(rèn4) et de celui de l'arbre (mu4)

草人木

mardi 1 novembre 2016

DES COULEURS DE BONBONS ANGLAIS....... POUR LES PETITES SORCIÈRES ET POUR VOUS !

 Des couleurs, 
des couleurs partout, des couleurs d'automne, des couleurs de bonbons comme les aiment  ces petites sorcières qui hantaient le village. hier ....... gourmandes......

 La fête allait bon train..... et le soir, les petits groupes sont passés quêter les bonbons......
 Rouges, verts, orange, jaunes, il y en avait,  pour tous les goûts .... couleurs de bonbons, couleurs de sorcières, couleurs de feuilles.....

Quel bel automne sous les rayons joyeux du soleil !
Une vraie symphonie pour les yeux 
Qu'en pensez vous ?


dimanche 30 octobre 2016

PLUTOT QUE DE SUBIR HALLOWEEN, POURQUOI NE PAS SE PLONGER DANS LA PEINTURE DE JEROME BOSCH ?

Entre diables romans et élucubrations surréalistes, Jérôme Bosch : c’est autre chose !

Il fut un temps ou je me régalais en observant tous ces “monstres”, qu’ils soient sculptés ou peints ! J’en inventais même, et aujourd’hui,  je me dis : c’est tout de même plus jouissif de se perdre dans un tableau où l’on se pose mille questions, que de subir cette fête d’Halloween qui ne m’a jamais fait vibrer !
Est ce que les petites têtes blondes qui sonnent à votre porte, toutes grimées, pour quêter quelques douceurs, est ce que, dis-je, ces enfants là connaissent les étonnantes peintures de Jerome Bosch, qui, quand on les parcourt du regard, vous étonnent, vous amusent, vous font frissonner aussi ? Elles ont cette curieuse propriété de ne pas vous faire replier sur vous même, mais plutôt d’activer votre imaginaire..... de vous laisser aller !
Chose rare dans la peinture du XVIe s : on compte plusieurs africains sur ce tableau

Le film que je  viens d'aller voir “Le mystère de Jérome Bosch”,  est une analyse brillante du jardin des délices. Il est de toute beauté. Il peut être une belle initiation à cet art particulier, qui venait, non pas par la voie d’écrans numériques,  mais bien des “tripes” de leur auteur !
Je ne cesse de dire que l’oeuvre, prise au sens général du terme,  résonne sur le tambour de notre pensée, du tissu culturel que nous nous sommes construits chacun, de notre sensibilité, et cela m’a fait plaisir de constater que José Luis Lopez-Linares tenait le même propos ! 
Quelle bonne idée d’avoir, avec tact et légèreté, par petites touches si j’ose dire,  fait parler tous ces gens de culture*, tout en présentant aussi le public, mais silencieux, qui regarde, écoute, absorbe ou rejette, est subjugué ou inquiet.......
Ces visiteurs de l’imaginaire et du passé  assistent à cette “messe” envoûtante dont ils cherchent le sens, les sens, qu’ils subissent , absorbent, rejettent  ou analysent.......
L'affiche du film

En tout cas,  le jardin des Délices, que je découvris au Prado (et les autres oeuvres du peintre) mais aussi celles particulièrement surprenantes de nombreux autres artistes comme Goya ou Dali par exemple, m’ont embarquée souvent dans des mondes  qui nourrissent l’ imaginaire. Je m’y plais d’autant plus que ces images sont fixes, qu’elles peuvent être observées de mille points de vue.  J’aime beaucoup leur matérialité, la fraîcheur qu’elles ont conservé et qui ajoute un plus, une réalité physique aussi !
Une petite constatation d’ordre esthétique : dans les oeuvres de J Bosch, rares sont les personnages obèses...... et dans le jardin des délices, on compte plusieurs africains, chose rare dans la peinture du XVIe siècle !
Et pour découvrir toute l’oeuvre de J Bosch sur  :

                                            * 
Malgré tous ces célèbrités, le propos reste très digeste !

jeudi 20 octobre 2016

AVEZ VOUS LA PÊCHE ?

"L'origine de cette expression est assez floue. Pour certains, elle vient de la culture chinoise pour qui la pêche est signe d'immortalité et de bonne santé. Pour d'autres,  du monde de la boxe et de l'expression "avoir de la pêche" qui signifie avoir beaucoup de force", nous dit “l’internaute"
Les pêches du verger de Maryvonne
 Le fait est que c’est dans la Chine Antique que c’est faite la première culture du pêcher ; d’ailleurs, dans le Hebei, il a été trouvé des noyaux de pêches dans un site datant de la dynastie Shang : ces noyaux étaient assez semblables à ceux que nous connaissons aujourd’hui. 
Les a-t-on plantés ? L’histoire ne le dit pas......

D’autres, noyaux  datant de l’époque Qin, (époque de Qin Shi Huang Di, auraient été trouvés dans le Sichuan  mais également dans le Guizhou. 
Enfin les traces littéraires les plus anciennes seraient celles du Livre des Odes, le “Shijing”  詩經. Des romans et des poèmes la mentionnent également comme par exemple "le serment du pêcher"  des trois frères d'arme  au tout début de la saga des Trois Royaumes - l'un des livres les plus célèbres de la littérature Chinoise, dont l'action se situe entre 220 et 265  sous la dynastie Han) Auteur Luo Guanzhong au XVIe siècle, d'après l'oeuvre de Chen Sou qui elle date du 3ème siècle.
 "Zang Fei proposa : Derrière mon domaine, il y a un jardin de pêchers, où les arbres sont en pleine floraison. Demain nous allons faire des sacrifices au Ciel et à la Terre au milieu du jardin, et nous trois jurerons fraternité pour unir notre volonté et nos forces et entreprendre de grandes démarches"..... chapitre premier.
On nous dit aussi que ce serait Alexandre le Grand qui l’aurait introduite en Europe, mais où l’avait il pêchée ? Dans ses conquêtes, il “ratissait large” !
Son nom latin : “malum persicum” évoque la Perse où Alexandre à conduit ses armées......
Chez nous, elle est cultivée depuis le 6ème siècle et faisait les délices de la noblesse dès le XVIeme.......
Il existe de nombreuses espèces et ce fruit délicat a inspiré les cuisiniers qui ont créé des plats célèbres, comme la fameuse pêche melba, par exemple, d’Auguste Escoffier.
Moi je les préfère toute simples avec du sucre et du vin rouge......

Moi j’ai une préférence pour cette petite pêche modeste, légèrement amère, colorée et que l’on faisait en salade de fruit dans le vin rouge chaud et sucré,  pendant les vendanges...... quel délice. 

Je voulais donc saluer ici l’amie qui m’a offert cette belle cueillette venant de son verger, elle ne pouvait pas davantage me faire plaisir !

Et depuis, j’ai une “pêche d’Enfer” ! ah la la ! encore une expression à décrypter........

samedi 15 octobre 2016

IL VOUS RESTE UN JOUR POUR VISITER CETTE EXPO À PRENOIS.......

Beaucoup de visiteurs aujourd'hui, mais il vous reste tout le dimanche pour nous rejoindre !

Salle des fêtes à Prenois (21370) 
de 9 h à 12 h et de 14h à 19h. 
Salle des fêtes près de la mare.

mardi 4 octobre 2016

EXPOSITION A PRENOIS (COTE D'OR) DU CLUB PHOTO 15 ET 16 OCTOBRE 2016

Thèmes :
TRANSPARENCE
CONTREJOUR
METAL


FORMAT : COULEUR 50 X 70 CM
Je mettrais dans les prochains jours, sur mon site de création (voir le lien dans la marge) quelques unes des photos que j'ai faites, sur ces thèmes  mais qui ne figureront pas sur les cimaises. 

dimanche 25 septembre 2016

LECTURES NOURRICIÈRES : L'EPURE

“La gastronomie mise en page comme un des Beaux Arts”
 Amis gastronomes et fins becs, cela fait quelques années que je passe devant cette maison d’édition - à Paris dans le 14e -  et à chaque fois je jette un oeil dans la vitrine, car il s’agit de gastronomie.....
 Cette semaine, pour la énième fois, rue de la Sablière, ces deux cuistots, positionnés sur la balance m’ont interrogée , et  tant pis si la photo n’est pas top  du fait des reflets, je l’ai faite car j’y trouvais pas mal d’humour !
J’ai poussé une fois la porte de cette maison, après avoir tambouriné contre la vitre et je fus reçu de façon fort sympathique. J’avais vu en vitrine le livre ci dessous dont il me semblait, si j’en appréciais déjà l’esthétique, que j’allais aussi en dévorer le texte.  J’ai été fort bien accueillie et je suis ressortie un tresor en poche. Il met en parallèle, et il en existe une , les recettes chinoises  et françaises ,  de ces deux grands pays de la gastronomie, par exemple, le poulet ivre et le coq au vin jaune 
Livres d’art, oui. La maison d’édition porte bien son nom : “L’Epure” !
Les thèmes abordés sont variés. Les mises en page , les couvertures choisies avec grand soin, les formats aussi, les couleurs, les papiers, tout est chouette. Le tout est assaisonné avec justesse  d’une "sauce à l’humour "et aussi d’un certain esprit frondeur. 
On n’a pas fait les “arts graphiques” pour rien !
Bref, comme le dit le site : “la recette n’est peut être qu’un prétexte.....”
Carte offerte par les graphistes.
 “La maison fut fondée par des architectes !”.  Il y a donc une ligne d'édition “Architecture & Design” ......  De la rigueur, de l'esthétique, de la structure, de l’innovation, de l’humour !.... BRAVO ! C’est réussi !
Si je savais ou mettre les livres que j’achète encore aujourd’hui, je ferais une razzia dans ce lieu ! en attendant, voici les liens :
et la ligne d’édition : 

 fins gastronomes, à vos lectures aussi !