lundi 1 juin 2020

CHRISTO NOUS A QUITTÉS........



CHRISTO, pour moi, c'est un bouquet de souvenirs et de moments heureux......qui s'évanouit ! J'appréciais son audace, j'adorais son couple (Pas de Christo sans Jeanne Claude), je marchais à fond dans leurs fabuleuses réalisations aux mises en oeuvre quasi pharaoniques.....
Bref, ils me faisaient rêver, et j'en fis profiter largement mes chers élèves (par des videos)  que l'artiste et son épouse  "épatait" par leur audace !
Ici : le portrait de Jeanne Claude.

Christo et Jeanne Claude devant le pont neuf
Rendez vous à cette adresse pour en savoir plus, car je ne ferais pas mieux :
https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/art-contemporain/mort-de-christo-retour-sur-la-carriere-emballante-dun-artiste-inclassable-epris-de-liberte_3874865.html
La rencontre est assez complète, et largement illustrée, de cet artiste, de ce couple  et leur carrière !
Ou sur leur site : Christo et Jeanne Claude merveilleusement illustré.
 Ici l'oeuvre qui le fit découvrir aux parisiens :

Là l'oeuvre qui le fit aimer des français :

L'emballage du pont neuf.
L'oeuvre qui aurait du voir le jour en 2021........ mais sans l'artiste (dejà "amputé de sa collaboratrice et épouse Jeanne claude)  qui veillait scrupuleusement à la réalisation de ses oeuvres en mettant "la main à la pâte" et devant le marasme financier dû au  Covid, cela semble difficile à réaliser.......


Pour finir, que dire des oeuvres gigantesques réalisées en "Land art " à travers le monde !
Celle qui m'a le plus charmée est le "Surrounded islands !" à Miami !
L'artiste devant des éléments de son projet 2020 - 

https://christojeanneclaude.net/projects/surrounded-islands
running fence......
Un artiste parti de rien et épris de liberté, formidablement épaulé par son épouse qui ne lâchait rien, un visionnaire aussi  : c'est une grande perte.
Running Fence
scoop : le projet de l'arc de triomphe sera poursuivit en 2021 annoncent les medias !
Hip Hip Hip ! HOURRAH !

samedi 30 mai 2020

LA FLORAISON DES MARTAGONS........


Je me suis promenée hier au dessus de Baume la Roche, sur cette grande falaise qui abrite le faucon pèlerin..... ! Puis en bas, près des sources à l'entrée du village, où j'ai pris ces clichés de parois calcaires.... et je l'ai vu !
le faucon est a gauche et de face..... mon appareil n'a qu'un zoom de 300. c'est un peu juste pour faire mieux ! surtout sans pied !
Le paysage qu'on  découvre du sommet de ces rochers est formidable et je vous l'ai déjà montré antérieurement...... Sur sa pelouse sèche, papillons et ascalaphes butinent à qui mieux mieux.... et.... Il y a aussi un bois magique où fleurit le martagon !

Ici un très gros plan pris avec mon portable......

 Ils commençaient justement à fleurir ! Complètement sauvages et aussi précieux que les sabots de Venus qui poussent également au nord du département, ces belles fleurs sont toujours pour moi une source de ravissement !
Surprise ! Entrée dans le sous bois qui s'étend en haut de ces rochers, j'ai eu cette vision..... d'une simple écorce moussue : ne dirait on pas un primate ?

Au premier plan à droite, la tige du martagon et sa couronne de feuilles.......
Les feuillages des multiples herbes qui tapissent l'endroit y sont aussi beaux que des fleurs 
et tellement variés !
J'ai observé également, sans trop m'enfoncer dans le bois, une couchette de chevreuil et des traces de sanglier toutes fraîches ! 
Je conseille d'ailleurs de ne pas s'y promener à l'ouverture de la chasse, en septembre, ce qui m' arriva une fois..... alors que les chasseurs étaient à l'action ! Inutile d'ajouter que j'ai vite rebroussé chemin !
Chacun son plaisir ! 
Respectons donc le plaisir de chacun !

dimanche 17 mai 2020

EN ATTENDANT L'EXPLOSION DES PAVOTS........

En attendant  l'explosion des pavots qui est imminente..... j'avais aussi ces phacélies à feuilles de tanaisie. à vous montrer ! Poussées près de la mare, au coin d'un jardinet elles me réjouissent le coeur chaque fois que je les croise !



Excellente plante mellifère. riche  en azote, elle pourrait aussi bien pousser dans les champs alentour pour les amender !
Imaginez, le jaune du colza et le bleu des phacélies !
Dommage qu'elles ne soient utilisées que comme fleurs d'ornement !

Le petit morosphynx, lui, ne s'y trompe pas qui fourre sa trompe dans chaque inflorescence !
Quel  bonheur !
A deux pas, c'est la floraison des iris d'eau......

samedi 16 mai 2020

CHENILLES PROCESSIONNAIRES : PLUS REDOUTABLES QU’ATTILA !

Ah ! La campagne…. On se croirait dans un Eden et pourtant ……. 
C’est vrai que, par rapport à la ville; il y a de l’espace, de l’air, moins de circulation……
Tenez, voyez ce petit val, avec au fond sa petite cabane de bois, à 500 m de chez moi : ne se croirai-t-on pas en Suisse ! Et pourtant, nous sommes à 15 km de Dijon ! 
photos msg mai 2020

Dans le pré, on aperçoit   les couchettes des chevrettes (traduisez chevreuils) qui y ont passé une nuit tranquille !

Dans le Haut d’un autre pré, les vieux troncs majestueux tiennent conseil ! C’est presque idyllique ! Et pourtant !………

Sur la haie de la pelouse. sèche, là où la sauge abonde… 
ou l’euphorbe petit cyprès tourne à l’orange……. et le ciste amène ses étoiles claires….. un drame se noue !

Dans la haie, c’est l’invasion, l’anarchie organisée     :  la guerre se prépare en silence !…. Les chenilles processionnaires du pin s’apprêtent à ébranler leur défilé venimeux.  Cet arbuste a payé son tribu….. il ne s’en relèvera certainement pas ! Objectif des bestioles : invasion du petit bois de   pins tout proche  !


Si vous en voyez, ne les touchez surtout pas, et éloignez la truffe de votre chien car elles sont urticantes. Le seul moyen de s’en débarrasser serait de les détruire en les brûlant !
photo provenant du net.

Le papillon trapu qui en sera issu s’appelle le Thaumetopea- pytiocampa : lourd et couleur d’écorce, il se confond aisément avec les troncs et n’est même pas beau ! Pas de pitié, il en restera toujours assez !

lundi 11 mai 2020

APRES LE BEAU TEMPS : VIVE LA PLUIE !

Vous dire que je suis heureuse qu'il pleuve enfin, une vrai bonne pluie, c'est plutôt apaisant !......
c'est au pied de ces arbustes,  après la pluie,  que j'ai découvert ces calmes habitants !
Cette grosse chaleur, ces champs secs qui ne parviennent pas à nourrir des récoltes qui végètent, ni des herbes sauvages qui deviennent de plus en plus rares...... quelle désolation !
Aujourd'hui, le baromètre est descendu, la pluie tombe, régulière, sur un sol réchauffé : tout respire ! Dans la haie, entre les champs,  l'eau goutte encore sur les pétales de l'églantier....

Je suis allée faire un petit tour après l'averse et  je suis revenue les chaussures bien  trempées. Je ne l'ai pas regretté car j'ai pu vous photographier quelques beaux spécimens qui batifolaient enfin ..... !
Mais de quelle espèce s'agit il ?
Vous connaissez tous l' helix aspersa dit le petit gris...... le voici :
Le petit gris
Mais les spécimens que j'ai vus ce jour, bien qu'ils soient très gros étaient d'une autre espèce . Ce n'étaient probablement pas des  "hélix pomatia" - plus connus sous le nom d'escargots de Bourgogne ! Ils étaient bien trop colorés pour cela ! ... tout comme la coquille de droite dans le sac......
 La coquille du bourgogne , elle, est toute blonde et sa chair claire....... (et il devient rare parce que trop ramassé* !) La chair de mes escargot du jour était assez sombre......

Après  quelques recherches  j'ai trouvé sur un site un sien cousin de même gabarit dont la coquille colorée s'orne de rayures assez vives : l'escargot turc !  "Mes" gastropodes lui ressemblaient  comme des frères. S'agirait-il  de cette espèce  ?
En tout cas, il y en avait une grosse douzaine que j'ai laissée s'ébattre tranquillement, et discrètement, car c'est la période de la reproduction..... J'espère que personne ne les ramassera avant qu'ils aient pu fonder leur nouvelle famille !
Schutt ! ne les dérangez pas !

*Pour ce qui est du Bourgogne, ils y en avait énormément dans les fossés du village,  lorsque je vins m'y installer, mais la tonte trop drastique des fossés, liée à une cueillette "avant l'heure"..... les ont fait disparaître. Je ne les ramassais pas, mais je les observais avec plaisir car j'avais alors un chien que je promenais chaque jour !

Mais revenons à nos "moutons" ! Un autre avantage à cette pluie c'est qu'elle favorise un "déconfinement" plus soft ! Il en aurait sûrement été autrement, avec un grand soleil !
-------------------------
réponses au jeu du post précédent :
Voici le noms des quelques plantes que je vous ai proposées hier et qui poussent sur la pelouse sèche près de la maison, en ce moment :
1- rosa canina - Rosier des chiens - une sorte d'églantine dont les fruits poussent seuls en bout de branches. voir photo en tête de post.
2- Himantoglossum hircinium - une orchidée commune qui habituellement atteint une grande taille et sent très fort.
3- globulaire commune - toute petite et discrète, elle a la taille des pâquerettes. Sur pelouse sèche uniquement !
4- "Fruit"de l'anémone pulsatille qui est une belle fleur mauve assez duveteuse : une des première à fleurir au printemps.
Et en cadeau :


Anacamptis pyramidalis : l'orchis pyramidale . Il fait si chaud ce printemps que cette plante  est un peu en avance sur le calendrier.
Je déplore vivement l'absence d'ophris (ophris apifera et insectifera) habituellement présente ici. Cette absence est due à un fauchage inadmissible du talus, l'an dernier , avant sa floraison. 
Chacun sait que ce genre de pelouse n'est pas un gazon d'espace vert et qu'elle ne doit pas être traitée comme tel ! a plus forte raison quand "On" est un cantonnier de la campagne !


samedi 9 mai 2020

ELLES POUSSENT EN CE MOMENT ET VOUS ALLEZ LES RETROUVER.....

Oui, le confinement touche à sa fin et peut être aurez vous la possibilité de retrouver la campagne....... je vous joins ici quelques fleurs qui fleurissent en ce moment : sauriez vous toutes les reconnaitre ?
Photos MSG@20




Alors sortez vos livres de plantes sauvages, si vous hésitez !.....
Ce sont des fleurs bien courantes !
La réponse dans le prochain post ! 

mercredi 29 avril 2020

DROLE D'ARBORETUM !

Il n'y a pas que les humains qui sont confinés ! voyez plutôt !

Le marronnier pousse dans la bouche d'évacuation des eaux de Pluie !

  "Quand la Nature prend ses droits ! Par ce temps de sécheresse, le marronnier a trouvé un point d'eau !
 Plus loin, sous le noyer les "chatons" inscrivent un étrange message !.......

..... ressemblant à des sinogrames  !
L'erable "explose" littéralement sa floraison....... 

Plus rien n'arrête les oiseaux...... et le coucou chante tandis que les dragons feuillus s'interrogent !


vendredi 24 avril 2020

LES PISSENLITS : LA CHANSON ET LES ABEILLES

Cela fait un mois déjà que je me dis........ oui ! que je me dis que je vais mettre quelques pissenlits sur ce blog avec ce petit chef d'oeuvre : la Chanson de Ricet Barrier qui n'est rien d'autre que la savoureuse recette des pissenlits aux lardons.......  telle qu'on la faisait quand on allait les ramasser dans les pâtures charolaises ou dans  la petite vigne de La Motte saint Jean au dessus de la Loire ! 



Il n'est jamais trop tard ! d'ailleurs les abeilles ne sont pas de cet avis qui continuent à butiner sur les quelques fleurs qui s'épanouissent encore le long des chemins......  et même les papillons ! 
et puis, ... rien que pour le "sel" de ce texte qui me fait à chaque fois sourire la voici !


Les pissenlits, qu'est-ce que c'est bon!
Avec un œuf mollet et des p'tits lardons,
C'est l'un de ces instants merveilleux
Qui font douter de la non-existence de Dieu.

Les p'tits lardons bien rissolés
Avec un bon vinaigre pour déglacer,
Les pissenlits jetés par dessus
Un court instant, faut qu'ils restent crus.

Mais faut les ramasser dans les taupinières,
Parc' que dans l'bout y'a plus de blanc
C'est là qu'c'est tendre me disait grand-père
Tandis qu'c'est l'vert qui donne le goût et croque sous la dent.

Les pissenlits sont saisonniers
C'est juste au Printemps qu'on peut en profiter
Quand leurs bourgeons fondent sous la dent
Comme un petit bout de sein turgescent.

Bien sûr on peut bien manger d'la Scarol'
D'la Batavia ou d'la laitue
Mais faut les ach'ter et c'est pas l'pactol'
Alors qu'les pissenlits, y'a qu'à s'baisser (on) march' dessus.

Les pissenlits, de toute manière, Plus tard, on les mang'ra par en d'ssous,
Ce jour-là, l'goût des pissenlits, j'm'en fous!
Et qu'est ce qui vous empêche, si le temps est passé de faire comme "Larousse" et de  souffler leurs doux pompons  ?
Note : les pissenlits se ramassent avant la poussée des fleurs. Ensuite, ils deviennent durs. Il vous faudra donc attendre le printemps prochain ! A moins que vous ne trouviez des pissenlits poussés en serres, qui ont moins de saveur, qui sont blancs, mais qui sont plus tendres.

dimanche 19 avril 2020

HOMMAGE A DEUX GRANDES FIGURES DISPARUES DE LA BOURGOGNE : . J. F. BAZIN et R.POUJADE.

Le Bien Public titrait hier : 
“Jean François Bazin , le plus ardent défenseur de la richesse patrimoniale et culturelle de la Bourgogne……. S’est éteint le 13 avril...
On ne compte plus les actions et les parutions que cet homme a réalisées, portant notre région très haut, à la connaissance des français comme de l’étranger”…


L’ancien maire de Dijon, lui,  Robert Poujade, qui avait fait de la capitale des Ducs “une ville verte” (ne fut-il pas le premier ministre de l’environnement) s’éteignait lui aussi.   le 8 avril. C’était comme s’ils s’étaient “donné le mot” !
Car ces deux hommes furent proches collaborateurs,  puisque Monsieur Bazin a été premier conseiller de mairie de R. Poujade, mais aussi conseiller Regional de Bourgogne de 1995 à 2001 . Deux hommes qui ont redonné son lustre à une Grande Région . 

Je ne vous citerai pas ici leurs états de service que vous pouvez très bien trouver sur la toile. Il sont plus qu’honorables !…..Il faut bien admettre que la Région ne serait pas devenue ce qu’elle est si ces deux hommes, succédant au Chanoine Kir (dont je ne sous-estime pas l'action)  ne l’avaient pas prise “en main”.
Jean François Bazin était un érudit. Journaliste, il avait une belle plume et a laissé de nombreux ouvrages célébrant le patrimoine historique, culturel  et gastronomique de notre Belle Province.
On peut dire qu’il avait une connaissance encyclopédique de ce pays et ses livres sont nombreux qu’il serait trop long d’énumérer ici. Son érudition en fait une référence incontournable pour ce qui concerne notre beau Pays.

Pour ma part, j’ai été gâtée  car n’a-t-il pas eu la gentillesse d’écrire une “Mise en bouche”  dans mon livre “Au plaisir de la Truffe “!
 C’est donc par reconnaissance que je ne résiste pas au devoir de vous la faire lire si ce n’est déjà fait…… car quand il s’agit de parler de la truffe de Bourgogne, , il ne faut rien négliger !

Mise en Bouche - par Jean François Bazin.

“Les chefs d’oeuvres en péril  se situent aussi dans la nature, et parfois sous nos pieds. 
Ainsi la truffe de Bourgogne aurait fort bien pu disparaître si une poignée d’hommes et de femmes passionnés, armés de courage, compétents, ne s’étaient pas mobilisés pour la sauver, pour la mettre en valeur et à l’honneur.
Encore faut-il savoir s’y prendre avec elle… 
Car la cuisine est tout un art. On le pratique en Bourgogne comme une culture, une civilisation. De mère en fille, les carnets de recettes se transmettent  à la manière du bien le plus précieux, du patrimoine familial le mieux préservé.
Au coeur du goût, la Bourgogne s’attache avec amour aux couleurs, aux senteurs, aux saveurs, sachant les reconnaitre et les harmoniser, les mettre en musique….
N’imaginez pas le Bourguignon comme un estomac posé sur deux jambes. Il se met à table pour vivre en compagne, un moment heureux, pratique la conversation comme la dégustation, laisse parler l’âme, le coeur et l’esprit.
Si la Bourgogne se trouve si bien dans son assiette, c’est qu’un terroir providentiel lui a permis -au fil des siècles- de marier le juste goût, en d’infinies nuances subtiles. Le père de tous les livres de recettes, n’était-il pas l’illustre La Varenne, cuisinier de la famille bourguignonne de Blé D’Huxelles au château de Cormatin ?

Msg se situe dans cette lignée.
Elle a sans doute pris l’enseignement de ses anciens, mais fait ici oeuvre originale et moderne. Tout art qui ne se renouvelle pas est condamné à périr. Or ici il renait et permet de comprendre comment Tuber uncinatum s’adapte - et c’est tellement bourguignon- à chaque circonstance, à chaque situation, avec un bonheur égal de l’entrée au dessert.
De toute chose, il faut savoir se servir.
Grâce à cet ouvrage; et comme le disait Henri Vincenot, la Truffe de Bourgogne gagne son “Cercle Magique”, nous ouvrant toutes les clés du terroir et du goût, passant du jardin à la cuisine, de la cuisine à la salle à manger, accompagnant en somme quelques moments de notre vie.”

vendredi 17 avril 2020

14 AVRIL... ON SE CROIRAIT PRESQUE EN JUIN !

La promenade du jour a été fructueuse et surprenante !
Des pissenlits, d'accord ! mais.....pivoines en avril ! je n'ai jamais vu ça.....
Jugez plutôt !

cliquer sur less images pour les agrandir......

 Je les ai photographiées lors de ma petite sortie de santé, ce jour !
La nature explose de toutes parts......

 Les bourgeons explosent.....

Si l'erable est en fleurs.... les autres espèces ne sont pas en "rade".....

Photos Msg@20

 Dans l'arbre, la pie s'affaire inlassablement.... les oiseaux sont partout et gazouillent à qui mieux mieux...


Je pense aux citadins à qui je veux apporter ici un peu de douceur !
Dautres images demain......