jeudi 27 octobre 2011

CHER BRASSENS : NOSTALGIE..... OU EDUCATION SENTIMENTALE ?

"Une jolie fleur dans une peau de vache,
une jolie vache déguisée en fleur........
Cher grand poète,


                ....combien de "gros mots" avons nous chantonnés avec délice, toujours en équilibre  sur la ligne du “limite correcte”, grâce à toi, cher Brassens. Grace à toi, à une époque ou l'éducation était encore sévère, nous avons  "gratouillé " la  guitare, ma soeur et moi,  et fait une mini éducation parallèle  !

                           Nous choisissions évidement le moment ou, maman étant partie en courses, nous pouvions nous adonner sans risque d’être surprises ni interrompues, à l’interpretation de  tes oeuvres, qui alors étaient parfois censurées par l'Etat. 
Ce qu’il faut préciser, c’est qu’à la maison, elles l’étaient presque totalement  (censurées)  ! On cherchait à nous donner une éducation distinguée de jeunes filles sages ! Evidement, nous retenions très bien ces petites merveilles d’insolence, mais fermions portes et fenêtres pour ne pas nous laisser surprendre lorsque nous les chantions !


               J’ai encore en tête ces moments frondeurs, passés dans notre grande chambre claire, où nous saisissions la guitare, et où, assises, face à face sur le bord de nos  lits nous nous égosillions. Les persiennes étaient à moitié tirées et tamisaient le soleil, la fenêtre était fermée......Ces chansons nous permettaient de glisser un pied dans le monde interdit : celui des adultes.
               L’auvergnat, le parapluie, Margotton, les copains d’abord, les bancs publics  etc...... et même le gorille !   Toutes les chansons  que nous pouvions nous procurer, par le biais d’une copine, ou sur le transistor y passaient ! et lorsqu’on n’en n’avait plus, on chantait  Françoise, Maxime, ou Juliette !
                Et puis le son de la porte (donnant dans la rue ) se refermait. Elle  sonnait la fin de notre éducation sentimentale,  et sagement, nous repassions à d’autres balades ......... 
               En y réfléchissant, je crois bien que maman faisait en sorte qu’on entende se refermer la porte, car au Noel suivant, ma soeur reçut un vinyle de Georges Brassens et de ce jour là, nous n’ûmes plus à nous cacher ! 
                Pour finir, je dirais que la société a bien évolué qui aujourd'hui offre tout, le pire et le meilleur, aux adolescents !
Est ce mieux ?

2 commentaires:

dane a dit…

un bien bel hommage pour un si grand homme.

mon homme et moi adorons ces chansons nous avons regardez il y a peu le film qui représentait sa vie et d' ou les chansons, c' était vraiment superbe le gars qui jouait Brassens était un bon acteur.
a bientôt dane je vais continuer ma visite j' aime ton blog et je vais te mettre dans mes blogs a visiter si tu veux faire de même pour moi pas de soucis
je te met le lien vers mon blog tu pourras me laisser un petit commentaire que je me souvienne de toi bises
http://dane.et.le.crochet.blog.free.fr

tubermamie a dit…

Cela fait plaisir de voir que Brassens n'a pas pris une ride et que par son intemporalité, il plait aussi à nos contemporains !
Je fais un petit tour sur votre site . A +