mardi 10 avril 2012

AUBE DE PRINTEMPS - POEME DE MENG HAO REN

Aube  - Calligraphie de Shi Bo - Saisons - ed.  Alternatives

        D’un coté la Chine, immense pays composite qui a offert au fil des siècles une successions de grands poètes, durant toutes ses périodes  historiques.  La plus traduite de ces périodes, en France, étant celle de l’époque des Tang. Dommage pour les autres....
        De l’autre, la petite France qui, depuis le  Moyen âge, poursuit elle aussi et sans discontinuer, une culture subtile du poème.
        La démarche des deux civilisations  étant tout à fait différente. D’un coté, la contemplation, l'écriture élyptique. De l’autre, à l'origine,  une création codée qui amènera plus d’humanité dans les rapports humains, pour déboucher , au 19 ème siècle,  sur un romantisme lyrique, puis le réalisme etc.....
        Comment ne pas s’interroger sur les traductions diverses dont le sens est forcément imprégné de la culture propre à chaque pays et l'interpretation ardue pour l'étranger qui souhaite comprendre. Et pourtant cela n’arrête pas les uns ni les autres.

Je prendrais pour exemple ce poème de Meng Hao Ren (690-740 ap JC)
春曉
春眠不覺曉,處處聞啼鳥。
夜來風雨聲,花落知多少。

Pīnyīn
chūn xiăo

chūn mián bù jué xiăo,
chù chù wén tí niăo
yè lái fēng yŭ shēng,
huā luò zhī duō shăo

Traduction mot à mot     aube || printemps (Merci Alex - http://poesiechinoise.blogspot.fr)

printemps || dormir|| ne pas || sentir || aube
(1+2) de toute part || entendre || crier || oiseau
nuit || venir || vent || pluie || bruit
fleur || tomber || savoir ||(1+2) combien
---------------
Et voici trois des  traductions dont je dispose :

Maitre Shi BO

« Au printemps, le sommeil dure au delà de l’aube.
De tous cotés parvient le chant des oiseaux.
La nuit est à peine troublée par le murmure du vent et de la pluie.
Qui sait combien de fleurs sont tombées cette nuit ?

François Cheng

 Le sommeil printanier ignore l’aube
On se réveille aux appels des oiseaux.
Nuit passée, bruissement de vent, de pluie :
Que de pétales, déjà, ont du tomber .........
(Version dans Shitao ed Phébus p 96)

Hervey de Saint Denis  1902 (merci Laurence !)

« La lumière du matin printanier réveille le dormeur.
De partout il entend résonner les chants des oiseaux.
Mais avec la pluie et le vent de cette nuit
Combien de fleurs maintenant couchent à terre ?

 Je tiens à votre disposition d'autres traductions trouvées sur le net........  sur  Vent du soir et  chez Alex) : si cela vous intéresse, dites le moi !
Aube de printemps - calli perso.


Mais qui me dira jusqu’où l’interpretation peut aller ?
Et qui me dira aussi comment Baudelaire est compris  par l'âme chinoise ?
Calligraphie perso inversée.

5 commentaires:

tubermamie a dit…

Les deux versions d'Alex :
Traduction simple
Aube de printemps

[En ce jour de] printemps, l'aube ne m'as pas éveillé
[réveillé], j'entends de toute part les cris des oiseaux,
pendant la nuit m'est parvenu le bruit du vent et de la pluie,
ce matin, qui sait combien de pétales sont tombés ?

Traduction libre
Au Printemps, à l'aube

Mon sommeil s'est prolongé bien après l'aube,
A mon réveil j'entends de tous côtés le chant des oiseaux.
Le bruit de la pluie et du vent m'ont réveillé pendant la nuit
Qui sait combien de pétales jonchent ce matin le jardin ?

Source 全唐詩·卷160 Alex

et la version de Bertrand Goujard dans vent du soir

Aube de printemps

Dans la torpeur printanière on n’a pas saisi l’aube.
De tous cotés s’entendent chanter les oiseaux.
Toute la nuit ce bruit de vent et de pluie.....
Les pétales tombés, qui saurait les compter ?

Liloua a dit…

Bonjour, je souhaitais vous envoyer un message en privé mais "contact" ne fonctionne pas, je lisais votre commentaire sur un certain site a...n pour le livre "le Rêve dans le pavillon rouge, tome 1 et 2" dans lequel vous disiez que vous aviez interroger votre maître de calligraphie afin de savoir quels livres fondamentaux de la littérature Chinoise il fallait lire, il vous cita parmi la liste des cinq incontournables le pavillon mais quels sont les 4 autres ? c'est que j'aurais voulu savoir. merci par avance.

tubermamie a dit…

Merci de votre visite !
Pour répondre à votre question :

Au Bord de l'eau
chez Folio
de Shi Nai An


Le singe Pèlerin (ou le voyage en occident (petite bibliothèque Payot) de Wou Tcheng En
Les trois royaumes (edition You Feng - déjà 4 tomes parus -
Luo Guan Zhong

Qin Ping Mei chez Folio
auteur inconnu.
Assez libertin mais qui a le mérite de décrire la vie quotidienne.....

Mais je vous conseillerai aussi tous les Lao She (folio)

et le Tao To King de Lao Tseu -
livre de méditation fondamental
chez Folio.

tubermamie a dit…

Laurence a dit :
Après visite sur ton blog, je me suis intéressée à Baudelaire et la Chine, je suis tombée sur une thèse de doctorat soutenu par Wen Ya qui me parait de très haute tenue et répond à ta question .Voir en pièce jointe.
Merci pour ta pertinence habituelle,

Réponse, je vous engage à lire cette thèse qui comporte 359 pages. Pour ma part, j'ai déjà tiré les 40 premières, car je n'aime pas lire sur l'écran.

Je peux vous transmettre le PDF : dites le moi.

tubermamie a dit…

version de Florent : blog Pérégrination vers l'est
datée du 18 septembre 2007.

Elle ouvre un regard nouveau
a savoir qu'il signal dans son post que le terme d'aube désigne en chinois à la fois le lever du jour, et l'éveil spirituel, l'éveil à la connaissance.
Il voit dans ce poème une nostalgie, celle d'un homme empêtré dans son passé (la nuit de l'hiver) plutôt agité (pluie et vent). Les choses changent autour de lui, dit il, mais il ne s'y éveille pas (inconscient) et se rend compte trop tard qu'il a manqué la beauté d'un instant fugace.
J'aime beaucoup cette vision du poème.